Loading...

Podcast metal #010

 

Sommaire du podcast #010
Émission radio enregistrée le 29/07/2017 • 3h

FAQ • T’écoutes quoi en ce moment ? (6’30) • Blabla news (24’30) • Top 5 Hard U.S. (39’50) • Kiss Kiss Blabla : Made of metal de Halford (1h29) • Dossier : Les textes (1h45) • Y a pas que le metal dans la vie (2h48) • Sommaire metal bla•bla #011 (2h58)

Errata & précisions : ce n’est pas Dan Swanö qui a mixé Anticult de Decapitated mais Daniel Bergdstrand (In Flames, Meshuggah, Soilwork…). PMRC = Parents Music Resource Center. Le fondateur de King Kobra est bien Carmine Apppice, l’album cité d’Alice Cooper ne s’intitule évidemment pas Poison mais Trash (« Poison » était juste l’un des singles); Pride n’est pas le premier album de White Lion mais le deuxième, M. Canard qui fait rien qu’à faire croire qu’il est encore plus fan de Kai Hansen que les fans de Kai Hansen a confondu les chansons « Rebellion in dreamland » et « Land of the free » (il a été condamné à écouter Majestic et Land of the free 2 tout le mois d’août), « Chewbacca on the rye » peut se traduire « Chewbacca au whisky » (le « rye whisky » étant le whisky de seigle).


Retrouvez la playlist de l’émission sur Deezer


Références diverses
> « La grande famille du metal » • Hard Force (l’article sur la mort de Chester Bennington, chanteur de Linkin Park)
> Dark Lyrics • Toutes les paroles metal en ligne
> Hollow Knight • Team Cherry
> La vie est ailleurs • Kundera


Articles
> Dio dans le verbe  >  REM
> Dokken • Under lock and key  >  REM
> Faster Pussycat • s/t  >  REM
> Halford • Made of metal  >  Canard
> Mötley Crüe • Dr Feelgood  >  Canard
> Pearl Jam • No code  >  Canard
> Poison • Discographie sélective  >  REM
> Poison • Look what the cat dragged in  >  Canard
> Quiet Riot • Metal health  >  REM
> Roth, David Lee  >  Skyscraper  >  REM
> Twisted Sister • You can’t stop rock’n’roll  >  REM
> Van Halen • 1984 > REM
> WASP • s/t  >  Canard
> WASP • The headless children  >  REM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

73 Commentaires

  1. Pilgrimwen 20/08/2017 à 14:15 - Répondre

    Faut-il encore comprendre ce qu’est le Visual Kei ?

    C’est une vague musicale, d’abord indépendante avant d’être récupérée par les majors de l’industrie musicale. Elle a puisé, dans un premier temps, dans le (Hard) Rock, le Punk, le (Heavy, Thrash) Metal, la New Wave (si si !) voire l’Alternatif. La variable commune était un look androgyne emprunté (entre autres) au Glam, un vestimentaire « choc » et surtout une volonté de casser les codes (la mode de l’idol, par exemple).

    Alors, oui, désormais, Visual Kei c’est fourre-tout, c’est vendeur, c’est… décevant ! C’est même… moribond désormais…

    Je vous invite à écouter par exemples :

    -DER ZIBET – Carnival (1989) – un Hard Rock fusionnel, une belle marque de fabrique !
    -DEAD END – Ghost Of Romance (1987) – un Heavy Metal dioesque !
    -X JAPAN – Blue Blood (1989) – un Heavy Metal aux relents Thrash ! L’Unique et meilleur disque de ce groupe parfois sur-estimé 😉 En plus violent, la même année : AION – Deathrash Bound (1989) 🙂
    -GASTUNK – Dead Song (1985) – le prémice du Punk / Hardcore nippon !
    -COLOR – Ask The Angels (1989) – Punk Rock, Pop Punk 🙂 Album culte 🙂 La même année, dans le même registre : KAMAITACHI – Itachigokko (1989) 😉
    -GILLES DE RAIS – Satsui (1992) / Because (1993) – la doublette de l’écorché GILLES DE RAIS ! Hors-norme !
    -BUCK-TICK – Hurry Up Mode (1987) – Pfff… simplement… A ECOUTER !
    -D’ERLANGER – La Vie En Rose (1989) – Autre classique, en Glam Rock 🙂
    -GARGOYLE – Misogi (1989) – le Thrash Metal expérimental ! 🙂

    Je m’arrête ici, y a trop d’excellents disques à citer 🙂

    • metal bla•bla 20/08/2017 à 15:54 - Répondre

      R : R : j’ai cliqué au pif (je n’en connais aucun à part X-Japan) sur Gilles de Rais pour le nom. Super punk effectivement. Etonnant. Encore un genre compliqué visiblement. [EDIT]
      Après un très rapide balayage pour me faire une idée, j’ai (déjà) une certitude : ce n’est pas un genre musical puisqu’il n’y a rien en commun musicalement parlant entre tous ces groupes. En fait dans notre esprit, visual key c’est ce genre de daube (au pif hein, j’y connais rien) :
      https://www.youtube.com/watch?v=DncrQfi5fjc
      https://youtu.be/SocygNLOwMI
      https://youtu.be/oXyCORLeLd0

      • Pilgrimwen 20/08/2017 à 18:24 - Répondre

        La plupart des disques que je t’ai proposés, c’est du Visual Kei primaire/originel.

        Ce que tu proposes en liens, c’est exactement ce que j’écrivais dans mon précédent message : un VK aujourd’hui moribond… Nous sommes désormais plus proche de l’idol (un artiste créé de toute pièce par les pontes de l’industrie musicale) que du mouvement indépendant des débuts.

        En gros, des années 80 au milieu des années 90, tu as vraiment le VK comme il se devait de sonner.

        Il faut aussi rappeler que dans le VK, tu as différents courants. Et ce qui peut t’intéresser, c’est le Visual Rock. Oui, c’est compliqué tout ce bordel ! ^.^

        En Visual Rock, il y a des groupes comme COLOR, KAMAITACHI, BY-SEXUAL qui lorgnaient vers le Pop Punk, Punk Rock. D’autres comme D’ERLANGER, DECAMERON, BILLY AND THE SLUTS vers le Glam Rock (n Roll). D’autres comme DER ZIBET vers la New Wave, avant de durcir le ton et proposer un Fusion Rock. D’autres comme LUNA SEA, X JAPAN, AION vers le Thrash et Heavy Metal.

        Bref, c’est LARGE !!! ^.^

        Chacun avait champ libre, à l’époque, pour développer SA vision du Visual Kei. Juge par toi-même le bordel, courant 2010, du « marché » : http://www.hellodamage.com/top/wp-content/themes/tdrtemplate/images/image/visualbig.jpg
        (+ en bonus : https://feel-japanese-rock-wave.blogspot.fr/2016/09/extasy-records-versus-vs-free-will-records.html et https://feel-japanese-rock-wave.blogspot.fr/2015/10/le-visual-rock-selon-oshima-akemi-perfect-disc-guide-500.html ).

        Navré, je suis parti un peu en vrille dans ce message ! ^.^ Trop de choses à dire ! Ca vaudrait de votre part un bonus ou spécial metal bla bla sur le VK ! ^.^

        • metal bla•bla 20/08/2017 à 18:41 - Répondre

          R : super, merci pour tout ça. Un dossier ça serait pas mal oui. P’têt sur la saison 2 de MBB s’il y en a une. T’as le temps de choper Skype et un micro 🙂

          • Pilgrimwen 20/08/2017 à 19:02

            J’ai un micro Yéti avec filtre anti-pop et tout le tsoin-tsoin. C’est l’avantage d’avoir produit quelques podcasts ^.^

          • metal bla•bla 20/08/2017 à 21:49

            C’est noté.

    • Positron 07/09/2017 à 18:29 - Répondre

      Un big up pour gargoyle un groupe bien barré qui defonce des culs

  2. Mhamdi Michaël 20/08/2017 à 15:49 - Répondre

    Bonjour à vous deux,

    Nous avons déjà eu l’occasion d’échanger (ou de fighter) sur le forum Heaven and Hell il y a quelques années. Je suis Tonton Mick le fan de Malmsteen tout ça, j’avais fait une bio sur lui qui doit toujours être sur le forum je pense. Bref je voulais vous féliciter pour votre émission qui est excellente, intéressante, bien menée et bien achalandée. Les analyses de Rémi sont argumentées même si elles sont parfois discutables à mon sens (notamment sur ta définition du prog et ton avis sur Dream Theater). Pour moi DT a sauvé le rock/metal dans les années 90, qui était moribond. Bon j’avoue que j’ai aussi sursauté quand je vous ai entendu dire qu’Ozzy était nul comme chanteur. Ozzy n’est pas le meilleur chanteur du monde certes, mais il a « une voix » et son style linéaire, plaintif et fantomatique est très caractéristique. Et bien sur, je suis pas du tout d’accord quand vous parlez de la vague des albums de guitare instrumentale des années 80. Il n’y a pas que Vinnie moore qui était excellent, mais aussi les deux premiers Tony Macalpine, Jason Becker (d’ailleurs j’ai écouté à vos conseils le dernier Avenged Sevenfold, vous ne le dites pas mais il est clair que le guitariste a écouté Jason Becker et Cacophony) et j’en passe. Sinon je vous trouve une mouillache trop orienté thrash ou heavy traditionnel dans vos discussions. Vous sabrez sévère tout ce qui est metal prog ou symphonique (Rhapsody, Symphony X, je trouve ca dommage, le deuxième est un groupe de qualité trop sous estimé). A quand un dossier sur le power metal ou le metal néoclassique? Il y aurait des choses à dire. Hormis ces remarques négatives, vous m’avez fait beaucoup réfléchir aussi et votre dossier sur le metal français et les raisons qui pouvaient expliquer sa confidentialité était très intéressant. Ou d’autres thèmes comme sur ce qui motive à faire de la scène etc… Je vous encourage à continuer, ca fait plaisir des émissions comme ca sur le net. A + Tonton Mick

    • metal bla•bla 20/08/2017 à 17:44 - Répondre

      R : Salut, me souviens de toi et du forum Malmsteen aussi, mais pas du détail des échanges (trop de temps a passé). Dans tous les cas bienvenue sur MBB. On sait que nos points de vue ne feront pas l’unanimité et ce n’est de toutes façons pas le but. L’intérêt est que, même quand vous n’êtes pas d’accord, vous trouviez ici… un intérêt. Pour écouter d’autres choses, d’autres avis, voir les choses autrement. C’est ce qui nous intéresse en tout cas quand on consulte d’autres sites ou que l’on discute avec d’autres « fans ». Concernant Dété et le prog metal en général, cela reste pour moi parmi les pires choses qui soient dans le monde du metal, cela ne m’a pas empêché de dire dans le dossier « années 2000 » que Dété est probablement le groupe qui a le plus marqué le genre (avec le death mélo à la In Flames).

  3. Kommander 20/08/2017 à 18:59 - Répondre

    Salut.

    Sur les paroles, je pense aussi que ce n’est pas le plus intéressant. A tel point que je commence à douter de groupes que j’adore et qui abordent des thèmes un petit peu différents. Ne serait-ce que Coroner avec ses deux derniers albums, Voivod avec ses textes SF ou toute la vague Black française et là, je passe mon tour, je risquerais d’être grossier.

    En fait (ça fait pont entre le dossier et « y a pas que le metal dans la vie »), on en est à un tel point que des groupes de musiques ont carrément inventé un langage pour chanter différemment. Vous l’aurez deviné, il s’agit du groupe Magma et sa fameuse langue, le kobaïen.
    Christian Vander visait très juste quand il disait ceci : « Ce que je ne comprends pas bien, c’est qu’on me reproche d’être incompréhensible. Vous comprenez quelque chose à ce que Jagger braille par moments ? ». Si vous avez le courage de vous fader le premier album, c’est assez violent sur la forme comme sur le fond. Ça se met à éructer ou à déclamer de façon gutturale des délires new age parfois assez dérangeant. Quand on écoute Köhntarkösz, on dirait Lovecraft qui fait de la musique. C’est là que je me dit qu’il existe des façons d’avoir quelque chose de solide sur la forme comme sur le fond. Même si je n’attends pas forcément un groupe de pop chanter en esperanto.
    Après, il est vrai que ça a assez mal vieilli, la faute à des années 80 virant au kitsch des plus consternants. Mais globalement, tout le côté histoire, imaginaire sur un peuple extra-terrestre, tout la mythologie autour, c’est fascinant.

    Plus de détails ici : http://robert.guillerault.free.fr/magma/textes/1970/extra01.htm

    • metal bla•bla 20/08/2017 à 21:52 - Répondre

      R : je connais quasiment pas Magma donc je n’ai pas d’avis sur le sujet. faudra que je trouve le courage de m’y pencher un peu un jour. Plus globalement, je me « méfie » des concepts tarabiscotés, c’est souvent de l’esbroufe. A voir.

    • Bob 21/08/2017 à 22:33 - Répondre

      Non Magma n’a pas vieilli, Magma n’est pas Kitsch. Magma, c’est tout le jusqu’au boutisme et l’intransigeante violente sans (ou quasi sans) saturation et très peu de guitare.

      Premier Album écouté : Udu Wudu (il manque les trémas)
      A manger : Mekanik Destruktiv Kommando
      Köhntarkösz (c’est du doom metal accoustique) et KA
      plus tous les autres
      Et enfin quand tu penses que tu commences à comprendre quelque chose, tu te manges Merci où là tu perds la foi mais que tu écoutes jusqu’à sentir le Magma dans cet album. Ensuite tu te réconforte avec les albums suivants.

      J’ai 25 putains de piges et Vander encule aussi fort et bien plus sec que King et Araya réunis!

      • metal bla•bla 22/08/2017 à 07:56 - Répondre

        R : tu compares Magma à Slayer ? Tu veux notre mort ? Heureusement le Canard est en vacances. 🙂

        • Bob 22/08/2017 à 20:04 - Répondre

          Je pèse mes mots en toute connaissance de cause et des risques que j’encours 😉

  4. Mr Majestyk 21/08/2017 à 00:46 - Répondre

    Merci pour votre banane et votre science.
    Juste un petit com au passage pour dire que Boston reste une petite anomalie dans la dichotomie US: Est froid, Ouest chaud. Ils sonnent californien mais ils sont bien de cette ville proprette et high tech qu’est Boston et sont, sur scène comme en dehors aux antipodes du trip sunset bld, nanas et surf. cf Mr REM autour de 0:49:05

    Et sinon vous êtes deux vilains: The Mower est super, Rob va chercher sa voix dans son cul pour revenir au bon vieux temps de Painkiller. Sinner est une merveille: mélodie, compo, structure.

    Jawbreaker, dreamer deceiver, The Ripper, Hell bent for Leather, StarBreaker, NightCrawler, Turbolover, Hellrider.
    Vilain.

    • metal bla•bla 21/08/2017 à 11:54 - Répondre

      R : 1- C’est vrai que Boston est le plus californien des groupes pas californiens. C’est amusant. 2- Oui, nous sommes vilains. Judas RLZ de toutes façons. 🙂

  5. Steven 21/08/2017 à 13:08 - Répondre

    Putain mais c’est quoi ce passage élitiste à gerber en début d’émission ?
    Linkin Park n’a pas sorti de Metal depuis 2003. Depuis 2007 ils ont enchaîné Pop Rock, Electro, Rock Alternatif… Donc qu’ils sortent un album de pop en 2017 ça ne choque que les boloss qui sont resté bloqués sur Hybrid et Meteora.. Ah oui forcément un groupe qui évolue ça change des AC/DC et Motörhead qui sortent les mêmes albums depuis des décennies pour que le beauf metaleuleu à patch ait sa dose..
    Je dis pas que le dernier LP est excellent mais ils font ce qu’ils veulent bordel !

    Et vous êtes qui pour qualifier un truc de daube ?!
    Battle Beast font des singles avec des influences disco, et alors ? Y’a une loi qui interdit ça ? À côté de ça ils sortent des morceaux bien heavy et accrocheurs (« Kingdom », « Bringer of Pain »), mais bizarrement personne n’en parle !

    Ah pour la prochaine émission si vous voulez jouer à qui est le plus m3t4l, allez écouter Amaranthe, c’est du Britney Spears Metal, vraiment composé en pied de nez à tout les petits élitistes, vous allez adorer les critiquer !

    Et dites que vous écoutez Graveland ou Psycroptic à la place, ça vous donnera un petit côté subversif à croquer 🙂

    Sérieux l’élitisme du public metaleuleu me gonfle de plus en plus, à jouer au trve parce qu’il écoute Decapitated et crache sur Battle Beast et Alestorm…^^

    Bref, je vous écoute depuis le début mais là ce passage m’a mis hors de moi !

    • metal bla•bla 21/08/2017 à 15:16 - Répondre

      R : prends une camomille et un bon bain chaud, ça ira mieux ensuite.
      Qui sommes nous (suis-je) pour décréter que c’est de la daube ? Personne. Et oui les musiciens font ce qu’ils veulent, comme les auditeurs. Une fois qu’on a enfoncé les portes ouvertes on peut passer à la musique.
      Linkin Park c’est bien parce qu’ils sont variés ? Motörhead et AC/DC stagnent donc LP serait meilleur ? C’est quoi ce raisonnement ? Aucune musique ne devient meilleure parce que celle d’à côté serait moins bonne.
      Linkin Park n’est pas mauvais parce qu’il fait de la pop. Il est mauvais parce que c’est de la très mauvaise pop dégoulinante et insignifiante. Mais on a le droit d’aimer ce qui est dégoulinant et insignifiant (moi même j’aime le Nutella). C’était déjà la même chose avec Load de Metallica. « C’est parce que c’est plus 100% metal que vous dites que CDLM ». Non, on dit que CDLM parce que c’est mauvais. Si tout l’album avait été du même niveau que « Hero of the day » (le titre le plus pop) j’aurais applaudi.
      Concernant Battle Beast, je soulignais surtout qu’il ne sert à rien de prendre une attitude « le metal c’est mieux » si c’est pour écouter ça qui n’est ni du bon metal ni du bon disco. Mais on a tous le droit d’aimer des groupes pas terribles ou tut tut. Moi même je suis fan de Running Wild et de Sabaton.
      Bref, plutôt que d’écouter de la mauvaise pop et du disco pourri avec vernis metal, je pense qu’il vaut mieux aller privilégier la qualité dans chaque domaine et préférer les Red Hot et Donna Summer à Linkin Park et Battle Beast. Pour moi, c’est ça être « trve ». Et Amaranthe et Graveland CDLM, aussi. CQFD 🙂

      • Steven 21/08/2017 à 16:08 - Répondre

        Relis moi et dis moi à quel moment j’ai dis que LP c’est mieux que Motorhead et ACDC ? C’est juste qu’ils ont toujours changé de style d’album en album ! Du coup ça bouscule les habitudes et les auditeurs (metal) ne prennent aucun recul et donc critiquent gratuitement. Objectivement la pop de LP se rapproche de celle de Coldplay et de tout ce qui marche en radio, et elle n’est pas meilleure ou moins bonne, c’est juste un style différent. Y’a qu’à voir sur les commentaires Youtube, une fois passé la vague des haterz met4l, bah le reste des auditeurs de pop aiment.
        Perso le truc qui me chagrine avec cet album c’est qu’ils ne l’ont pas écrit seuls. Chaque chanson a un compositeur différent, externe au groupe. Je trouve ça vraiment moyen, et c’est pas ma vision de la musique mais c’est comme ça que ça se passe dans la pop donc bon.. bref !

        Après pour Battle Beast et consorts on en revient au principe des critiques qui pensent avoir l’avis absolu, en déclarant : »Ce groupe CDLM, celui-ci est trve tu peux y aller ». Si c’était pas « du bon metal » comme tu le dis, personne ne les aurait écouté et ils seraient resté dans leur cave au fin fond de la finlande. Mais non, ils ont gagné la Metal Battle au Wacken je sais plus quelle année et ils ont été signés chez Nuclear Blast, et remplissent des salles un peu partout. Bien sûr qu’on a le droit de pas aimer, mais de là à dire qu’ils n’ont pas leur place dans la scène… vraiment prétentieux je trouve !
        Après le metal est tellement vaste que ça dépend aussi du style de prédilection qu’on a. Perso j’écoute quasiment tout dans le metal, SAUF du grindcore. Bah je vais pas aller dire que Nalpalm Death CDLM, vu que j’aime pas le style de base, j’peux pas juger. Et vu que vous pouvez pas piffer la scène power/sympho… :p :p :p
        Sinon très bon dossier Hard US ! A chaque printemps je ressors ma playlist « Mulets et Paillettes » sur Spotify et je m’enchaîne les tubes de Journey, Foreigner (c’est du US ou du FM ?), Sunstorm, VH et toute la clique !

        • metal bla•bla 21/08/2017 à 16:38 - Répondre

          Ça : « Ah oui forcément un groupe qui évolue ça change des AC/DC et Motörhead qui sortent les mêmes albums depuis des décennies pour que le beauf metaleuleu à patch ait sa dose.. » signifie « un groupe qui évolue c’est mieux qu’un groupe qui stagne et fourgue sa daube à des cons ». Donc j’avais bien lu. 🙂
          – Battle Beast : Si c’était pas bon, les gens en achèteraient pas ? Tu veux dire… comme pour les disques de Daft Punk, les plats surgelés et les films de super héros (3 choses ont des tas de points communs d’ailleurs) ? Le succès commercial n’a jamais rien eu à voir avec une quelconque qualité. Des millions de gens peuvent se tromper (au hasard… pour des millions de gens Trump est un bon président, la terre est plate, l’homme a été créé il y a 6000 ans et Cyrille Hanouna est drôle). Et parfois des choses très bien se vendent beaucoup aussi et des millions de gens ont raison. Comme quoi on est peu de chose.
          – Il faut aimer pour avoir un avis. Ah ? Mais si on aime on ne peut avoir qu’un avis positif. Donc la critique devient impossible… Il nous semble au contraire que la critique repose en partie sur des faits objectifs (le reste relevant de l’appréciation et de l’interprétation, forcément subjectives). Donc je peux ne pas aimer quelque chose et reconnaitre ses qualités et vice-versa. Ce n’est pas un exercice facile et on y arrive pas toujours, mais c’est l’idée. Et on peut aimer quelque chose de pas bon. Tout ça coexiste joyeusement.
          – Journey, Foreigner et Sunstorm sont FM (cf. MBB #008 🙂 ), VH est surtout US et un peu FM sur certains chansons (« Dreams », « Jump »…)
          – Tu aimes bien Linkin Park et t’es tout chonchon parce qu’on a été très vilain. Je comprends. Les fans de Dété ne sont pas très contents non plus. Mais c’est le principe, on donne notre avis, vous êtes d’accord ou pas, ce n’est pas très grave. Au final on se fera tous des bisous parce que hein, Master of puppets quand même !

          RDV pour le spécial death, je pense qu’on va encore dire des méchancetés (au hasard sur Amon Amarth, le Running Wild du death mélo) 🙂

          • steven 21/08/2017 à 16:58

            Je suis pas gaga de LP, j’écoute juste les deux premiers de temps en temps, c’est juste que j’aime pas le CDLM à tout va.
            T’as mal du saisir ma phrase, le changement n’est pas toujours bon. Genre Opeth, je déteste depuis qu’ils sont entrés dans leur phase revival prog 70’s. Mais bon, je vais pas crier CDLM sur tous les toits non plus, j’ai pas l’avis absolu^^
            Aimer un style permet de reconnaître le bon et le mauvais, et non pas de dire que tout est bon.
            Exemple dans le heavy : Defenders of the Faith : Génial, Redeemer of Souls : Mauvais
            Perso tu me fais écouter le meilleur de Napalm Death et le pire, je verrai pas la différence^^
            Tu fais écouter Somewhere in Time et Virtual Xi a un fan de pop, il en aimera aucun !
            Bref, pas de souci pour Amon, j’ai toujours trouvé ce groupe overhypé, promis je vous embêterai pas si c’est constructif ! 🙂

          • Bob 21/08/2017 à 22:39

            Battle beast CDLM et j’aime bien. Surtout après les avoir vu en concert où le bassiste a fait griller le synthé en faisant boir de la bière au pianiste.

            « Amon Amarth, le Running Wild du death mélo », faudra faire la nuance netre les premiers albums et leurs kitscheries actuelles. Sinon je veux bien un point sur Runnng Wild. J’ai des potes qui adorent ça donc votre avis qui semble à l’opposer m’intéresse.

            Bisous

          • metal bla•bla 22/08/2017 à 08:11

            R : c’est parce que j’ai bien aimé ce que j’ai écouté de Battle Beast tout en sachant que c’était DLM que j’en ai parlé dans l’émission. 🙂 Pour Running Wild voici un papier qui résume ma pensée à leur sujet, qui illustre l’idée des plaisirs coupables et qui m’avait valu à l’époque un tombereau d’insultes de la part des habituels cyber mal comprenants.

    • Pilgrimwen 21/08/2017 à 16:48 - Répondre

      Généralement (et je dis bien « généralement »), quand quelqu’un dit « c’est de la merde », il/elle exprime plutôt un « je n’aime pas » même si grossier dans la manière de l’énoncer.

      Sauf qu’en face, c’est souvent perçu comme un crachat à la gueule de x ou y.

      Que Mr. Rem clame « LP, c’est de la merde », ce n’est que SON jugement et n’engage donc que LUI.

      Question : si t’aimes LP, qu’est-ce que peut bien te foutre l’avis péjoratif d’un gars sur ce groupe ?!? :/ Réponse : R-I-E-N ! ^.^

      Souvent, il m’est arrivé d’entendre x ou y me lancer un « putain!, c’est nul/c’est de la merde/c’est bizarre ce que t’écoutes ! ». A chaque fois, j’ai haussé les épaules et souri. Que répondre à la bêtise, si ce n’est par un sourire ! ^.^

      La vie est trop précieuse pour se focaliser sur ce qui t’agace ! -.^

      • metal bla•bla 21/08/2017 à 22:33 - Répondre

        « Et vous me dites, amis, que « des goûts et des couleurs il ne faut pas discuter ». Mais toute vie est lutte pour les goûts et les couleurs ! Le goût, c’est à la fois le poids, la balance et le peseur ; et malheur à toute chose vivante qui voudrait vivre sans la lutte à cause des poids, des balances et des peseurs ! » Fredouille N.

      • chtronk 25/08/2017 à 10:48 - Répondre

        Ah… « CDLM ». Sujet intéressant, qui mériterait un dossier (au même titre que la brotherhood of metal et les trve vs false). Cf https://www.youtube.com/watch?v=eVDST1B6N0w qui traite du sujet.
        En relisant les écrits de St Canard (sous kindle), la locution « de la merde » apparaît pas moins de 36 fois. C’est dire l’importance de l’expression dans la spère metal (en généralisant grossièrement)
        Le problème de « CDLM », c’est que sa signification varie grandement d’une personne à l’autre. Quand on me sort « CDLM », pour moi cela signifie peu ou prou « tes goûts ils sont nuls, les miens ils sont mieux » et parfois même « tes goûts ils sont nuls donc toi aussi ». Tout dépend du contexte et de l’interlocuteur.
        Perso je ne dégaine un « CDLM » que pour troller mon interlocuteur (« CDLM » aidé par sa cousine « mauvaise foi »). Jamais pour discuter d’un sujet à froid. Exemple : super dossier sur le hard US, mais c’est un sous-genre qui m’en touche une sans bouger l’autre (j’ai quelques albums de hard US, j’ai écouté certains de morceaux de la playlist deezer, mais honnêtement ce n’est pas ce que je cherche dans le metal). Ce n’est pas pour autant que je me permettrai un « CDLM » (ce n’est juste pas mon truc).
        Concernant certains groupes cdlmerdisés, je ne suis pas franchement d’accord.
        Coller CDLM à (par exemple) « Black Hand Inn » de Running Wild, ou à « Sunset on the golden age » de Alestorm, faut m’expliquer. Effectivement, niveau virtuosité ou qualité de composition y a mieux, mais si on part par là, en comparant avec certains compositeurs classiques, autant labelliser la sphère metal en intégralité avec un CDLM retentissant.
        Quand j’écoute Black Hand Inn, ben je bouge la tête, et ça me rend content. Je n’en demande pas plus à « Rock’n Rolf » donc mission accomplie. Donc pas CDLM.
        Si des hordes de minettes se trémoussent en écoutant LP (perso ce n’est pas mon truc non plus), bon ben super, tant mieux pour eux/elles, et donc pas CDLM (oui je sais « ce n’est pas parce que des millions de personnes aiment que ce n’est pas de la merde », mais… comment définis-tu de la merde musicale ?)
        Si je réalise un morceaux de 5mn constitué uniquement de rots et de pets, sans objectif musical particulier, bon là effectivement CDLM.
        Après, le « CDLM » faisant partie de toute discussion « percutante » sur le metal, on va continuer à en entendre dans les prochains MBB. Et cela ne me pose aucun problème (ça me fera probablement tiquer une ou deux fois, mais cela fait le charme de l’émission). Mais cela continuera à susciter des réactions.

        A part ça, super dossier sur les paroles également. Effectivement, j’associe la musique au thème général du morceau, comme quasiment tout le monde (des fois je me penche sur les paroles mais c’est souvent décevant, et n’a parfois ni queue ni tête).
        D’où mon goût pour les concept albums. Ca apporte (je trouve) un plus à la musique (cf votre discussion sur les BO de films).

        • metal bla•bla 25/08/2017 à 12:02 - Répondre

          R : la question que tu peux te poser est la suivante. « Est-ce que parce que j’aime quelque chose, mécaniquement ce n’est pas DLM ? ». Perso j’ai répondu non, à cette question. RW c’est objectivement nul et j’ai passé des heures à les écouter quand même. Cf. le papier que j’ai exhumé pour répondre à cette question : http://metalblabla.com/running-wild-sabaton-discographie-heavy-metal
          Et oui, le metal sur l’échelle de l’art musical est DLM ou en dessous du niveau de la mer. Parce que pratiquer un art (même mineur) et ne se servir que de 20% des possibilités qu’il offre (et je suis généreux) c’est être nul.
          Cela dit nos réponses ne sont peut être pas pertinentes. J’ai ce type de débat avec des tas de gens depuis des années et personne n’est d’accord 🙂

          • Chtronk 25/08/2017 à 12:24

            Oui j’avais lu ton papier. En fait je l’avais lu car j’aime bien Sabaton, et ton papier m’a fait découvrir RW (donc grand merci).
            La question est (je me répète) : comment définis-tu une « merde musicale » ? Pour moi cette définition ne peut être que hautement subjective, et donc sujette à débat.
            Pour moi RW (Sabaton idem) n’est pas merdique, même si je n’aime pas tous leurs albums. Dream Theater non plus (même si je n’accroche qu’à un seul de leurs albums).
            C’est juste de l’art mineur.
            « CDLM » c’est pour moi juste un raccourci facile pour dire de manière péremptoire et sans chercher le débat qu’on n’aime pas un morceau/album/groupe/genre musical.
            Mais bon c’est un élément de langage comme un autre, et fait partie de l' »univers metal » donc pas de souci.

            En passant : Turisas à partir de « Stand up and fight » inclus c’est de la merde 🙂

          • metal bla•bla 25/08/2017 à 13:00

            R : tu peux décider que tous les gens qui disent CDLM ne font qu’exprimer un avis subjectif. C’est ton choix. Le problème du CDLM c’est que personne n’a envie d’entendre quelqu’un lui dire « tu aimes quelque chose de mauvaise qualité » parce qu’il entend en fait « tu aimes quelque chose de mauvaise qualité DONC tu es QUELQU’UN de mauvaise qualité ». C’est tout. Mais à partir du moment où veut discourir sur une création humaine, on est obligé d’établir une échelle de valeur et des critères. Et donc, à partir du moment où tu hiérarchises, quelque chose est moins bien qu’un autre, et le niveau le plus bas CDLM.

            Turisas est loin d’être de la merde et enterre objectivement toute la production de Running Wild. Après, tu préfères peut-être la première période, plus cheap. Par contre Turisas à côté de Tchaïkovsky, CDLM.

          • Chtronk 25/08/2017 à 13:38

            Turisas a troqué le folk contre le sympho à partir de SUAF.
            Pour moi the Varangian Way lui est bien supérieur. Concept album sur les expéditions Viking en europe de l’est jusqu’à Byzance, épique à souhait, il encule SUAF malgré des claviers forcément plus tut tut qu’un orchestre symphonique.
            Mais bon ce n’est que mon avis.

  6. Pilgrimwen 21/08/2017 à 13:48 - Répondre

    Je me suis un peu dépatouillé pour proposer quelque chose de varié, en terme de VK « originel ». Cette liste reflète mes goûts, hein !, donc c’est normal que des styles comme le Glam, le Hard, le Punk, le Heavy, le Thrash soient très présents 🙂

    Et pour infos, je ne pose nullement en connaisseur, juste en passionné du truc 🙂

    BUCK-TICK – Stay Gold : https://www.youtube.com/watch?v=wfO0V2ISlNg
    LUNA SEA – Time Is Dead : https://www.youtube.com/watch?v=LZOFkSw90HM
    D’ERLANGER – Sadistic Emotion : https://www.youtube.com/watch?v=6RLVCe7i2n4
    DEAD END – The Red Moon Calls Insanity : https://www.youtube.com/watch?v=NznsEI61q58
    DER ZIBET – Only You Only Love : https://www.youtube.com/watch?v=hhxQVpj9Kf0
    COLOR – B-Company : https://www.youtube.com/watch?v=5lei12ZIm7k
    GARGOYLE – Bala Bara Vara : https://www.youtube.com/watch?v=VOkLtN4Q-HY
    GILLES DE RAIS : https://www.youtube.com/watch?v=5txQDNSlpkU | https://www.youtube.com/watch?v=h5fSXPy6N0o
    DECAMERON – I Love You : https://www.youtube.com/watch?v=gk0klpGKzjA
    L’ARC~EN~CIEL – Shutting From The Sky : https://www.youtube.com/watch?v=PoJpZ2ZY_vk
    CRAZE – Naked Blue : https://www.youtube.com/watch?v=N3OOgK5mMCI
    AION – Cold Blood : https://www.youtube.com/watch?v=zHQwM96c8Fc
    KINNIKU SHOJO TAI – これでいいのだ : https://www.youtube.com/watch?v=z7rBqU7st_E
    LAREINE – Blue Romance : https://www.youtube.com/watch?v=Vb-68BYy59k
    SLEEP MY DEAR – Phi : https://www.youtube.com/watch?v=YOs1uPJYoNg

    • metal bla•bla 21/08/2017 à 15:17 - Répondre

      R : encore du boulot… 🙂

      • Pilgrimwen 21/08/2017 à 18:25 - Répondre

        Et pour finir en beauté, le fameux Extasy Summit de 1992 organisé par le label indépendant Extasy Records (fondé par des membres de X JAPAN) :

        https://www.youtube.com/watch?v=0sZj_8WtkKk

        Là, tu saisis l’essence du Visual Kei originel ! \m/ ^.^ \m/

  7. Diossounet 21/08/2017 à 23:21 - Répondre

    Bonjour à tous les deux !
    J’avais déjà écrit dans la section commentaire de l’épisode précédent (le ptit jeunot de 22 ans), et je reviens à la charge pour proposer quelques remarques qui me viennent après écoute de ce 10ème podcast.

    1) Première remarque plutôt adressée à REM pour rebondir sur son album du moment, Anticult de Decapitated. Et bien, pour tout dire, je suis un grand fan de Death (c’est un de mes sous-genres préférés) et notamment un grand fan de Decapitated et… je trouve cet album très mauvais. Pour moi c’est une grosse déception. En fait, pour moi Decapitated a tout d’un groupe qui se casse la gueule, actuellement. Ils ont commencé très jeune (du genre 16 ans de moyenne sur Winds of Creation) et ils ont mis la sphère extrême en émoi avec leur Death très technique et singulier, à base de rythmes saccadés. Ils sont montés en puissance jusqu’à leur album phare, Organic Hallucinosis, que je recommande chaudement, c’est un de mes albums de Death Metal favori, tout simplement. Un summum de groove, une technicité incroyable sans que ça prenne le pas sur les compos, des solis originaux, un jeu de batterie phénoménal, rapide certes mais très très fin… Bref, il y a tout, même un chanteur qui ne fera que cet album et qui gueule moins (donc pas d’excuse !). Après cet album, le batteur mourra dans un accident de bus en tournée, et le chanteur quittera le groupe suite à des blessures, et le groupe va se recomposer avec un nouveau line-up sans jamais réussir à autant convaincre. Petit à petit, le groupe se transforme en une espèce de mauvais rip-off de Pantera sous stéroïde, à se la jouer « groove metal », et pour moi s’en est trop sur Anticult. Mais je comprend qu’il te plaise quelques part, on est à la limite de ne plus être dans le Death, hormis la voix on est plus sur un Groove/Thrash/Power US un peu burné, et pour moi ça sonne très plat et sur-produit, et ça montre que tu n’apprécies pas encore l’ADN Death Metal si j’ose dire. Je ne peux donc que te conseiller Organic Hallucinosis pour avoir un outil de comparaison (en fait, c’est comme si tu découvrais Metallica avec Hardwired, tu trouverais ça cool, mais t’écouterais And Justice For All, tu te dirais que c’est autre chose…). J’espère quand même te voir mettre de belles choses dans ton top Death Metal tout bientôt ! (parce que le God Dethroned, c’était de bon goût, pas de soucis !)

    2) Très intéressant d’avoir abordé le cas de Faith No More dans le dossier sur les textes (d’autant que FNM est un de mes groupes fétiches). En fait, pour l’anecdote, Mike Patton a été recruté sur le tard après que le précédent chanteur ait été remercié à cause de ses problèmes d’alcool et de drogue, et il a donc écrit les paroles en une semaine seulement pour pouvoir les enregistrer (le groupe était déjà en studio quand il est arrivé), du coup les textes sonnent très spontanés, on voit qu’il est parti du son et non du sens, et c’est très intéressant, ça donne un truc très abscons, qui part dans tous les sens, on est à la limite du jam et de l’écriture automatique, et ça mérite qu’on en parle, et très bon choix avec Underwater Love, très décalé en effet 🙂

    3) Merci à Monsieur Canard d’avoir parlé de Marilyn Manson, surtout que vous n’êtes pas fan, ce nom devait être prononcé dans ce dossier. Pour moi, Manson a été, dans les années 90, le meilleur parolier de la scène Métal. D’Antichrist Superstar (qui se base sur l’Antéchrist de Nietzsche quand même) à Holy Wood, ce qu’il a fait est très très fort. Il a sorti 3 concepts albums hyper bien étudiés, bien écrits et provocateurs, irrévérencieux même, c’est bourré de référence littéraires et de pop culture, ça raconte une vraie histoire, à chaque fois en plusieurs actes, et ça mérite vraiment de s’y pencher, ça peut même faire reconsidérer la musique en elle-même. J’ai vraiment été bouleversé par certains des textes de ses grands albums, et puis j’ai beaucoup grandi avec Manson, et je le considère encore comme un de mes artistes du coeur, même si niveau texte ça s’est vraiment cassé la gueule par la suite et qu’il a sorti quelques skeuds vraiment médiocres. Dan un peu le même genre mais en moins strictement connoté Metal, Nine Inch Nails et donc les textes de Trent Reznor sont très intéressants. Je suis également content que Jonathan Davis de KoRn ait été mentionné, rien à ajouter là dessus.

    4) Je me permets de proposer quelques paroliers Metal que j’apprécie pour en finir avec ce commentaire déjà beaucoup trop long :
    – Neil Peart (batteur et parolier de Rush) : là on est en plein dans le côté naïfs que vous évoquiez ainsi que l’imaginaire fantastique, mais y’a quand même un truc dans la façon dont s’est écrit. Il y a vraiment des moments de gloires dans les textes de Peart, surtout dans les longues pièces de plus de 15min du groupe, où il développe des concepts parfois intéressants et originaux et n’hésite pas à aller dénoncer deux ou trois trucs et à aborder des thématiques sociales par le biais de métaphores. Exemple : le morceau culte 2112, qui aborde la question de la censure façon science-fiction en s’inspirant pas mal du ton de 1984 de Orwell)
    – Till Lindemann (Rammstein) : je m’avoue très étonné que Canard n’ait pas mentionné ce monsieur, vu qu’apparemment il s’y connait mieux en allemand qu’en anglais, mais Lindemann est un excellent parolier. Pour le coup, il a vraiment une approche poétique, et les textes de Rammstein sont souvent écrit de concert avec la musique pour faire coïncider les deux, voire parfois en amont afin de chercher à jouer dans le terrain de la musique figurative, dans la tradition du Lied allemand (Schubert, tout ça). Et si les thèmes abordés sont crus et le vocabulaire assez familier (je me base sur des amis germanophones qui m’ont retranscrit le ton comme ils pouvaient, j’ai jamais pris de cours d’allemand), et comme c’est vraiment un groupe important pour moi (j’ai commencé le Metal avec eux, pour tout dire), je me suis beaucoup intéressé aux paroles et j’ai cherché des traductions les plus fidèles possibles, sur des forums dédiés etc. Et c’est vraiment bien fichu, y’a vraiment des textes très très réussis. Pour citer un exemple : le texte de Alter Mann, qui est vraiment très très beau, et complètement unique pour ce style de musique. Ca fait très poème justement, et personnellement, ça me rappelle un peu l’approche d’un Prévert avec un peu plus de pessimisme peut-être.

    Voilà, en espérant que ça sera pas trop long et chiant à lire. Probablement rendez-vous au prochain épisode, j’essayerais de laisser un commentaire à chaud après audition de chaque émission !

    • metal bla•bla 22/08/2017 à 07:55 - Répondre

      R : merci pour ton riche commentaire. Ça me donne envie de me pencher sur Manson, c’est dire. Concernant Decapitated, comme je le disais dans l’émission, je viens de découvrir l’album et le groupe, donc je n’ai pas encore « remonté » la discographie. Le hasard fait qu’un autre auditeur a partagé cette vidéo sur Facebook à ce sujet : https://youtu.be/KQnIbsQSN14 🙂 On verra pour les autres disques et la réévaluation de celui-là quand j’aurai avancé sur le sujet.

      • Mr Majestyk 22/08/2017 à 12:08 - Répondre

        Re Manson, sans jamais avoir été un grand fan de sa musique j’ai eu du respect pour ce gars après « Bowling for Colombine ». https://www.youtube.com/watch?v=F10rFn7k3EE

        • metal bla•bla 22/08/2017 à 17:55 - Répondre

          R : ce mec est intelligent de toutes façons. Comme Dee Snider à l’époque du PMRC ou Judas au moment du procès.

  8. joc 22/08/2017 à 11:31 - Répondre

    Salut à tous,

    Encore un bravo pour cet épisode. Intéressant et vivant (probablement celui qui contient le plus de vannes à la minute)…
    Quelques remarques comme d’hab.
    – J’aime bien Alestorm. Je comprends ton ressenti à l’écoute du single (Mexico) mais je suppose que tu as écouté un peu plus. C’est le type de chanson festive qu’ils font assez souvent, mais ils font pas que ça. Y a même du growl de temps en temps, un truc qu’on entend pas souvent chez Patrick Sébastien. 🙂 Après oui, c’est bas du front. Leur concept de pirates et l’imagerie qui va avec les restreint forcément(ils poussent le bouchon bien plus loin que Running Wild à base de « Yo-ho-ho et une bouteille de rhum »). Perso, j’accroche pas mal. Et en live c’est une expérience. Alors ouais, c’est objectivement médiocre et pas forcément metal d’un point de vue puriste, mais j’ai pas honte de dire que c’est un de mes coups de cœur des années 2010. Fouettez moi.. 🙂
    – Amusant de constater que les plus grands noms des groupes de hard US héritiers de Kiss (et donc de la scène Est) aient percé à Hollywood (Motley, Poison, Ratt,…) D’ailleurs, au final, tous ces groupes étaient majoritairement basés à LA (la mecque pour pouvoir percer). Du coup, l’influence géographique n’est peut-être pas si évidente que ça.
    – Beaucoup de groupes que je connais cette fois, contrairement au thrash et alors pour le dossier Death, je pense que je vais être largué. En fait y a que Tyketto que je n’ai jamais écouté. Mais vous m’avez donné envie. Bravo d’avoir cité Steelheart et Cinderella, 2 de mes chouchous (« She’s Gone » est effectivement une petite merveille de ballade, mais qu’il ne faut pas entendre chanter par n’importe qui – expérience karaoké douloureuse inside…).
    – Concernant Skid Row, je crois que je préfère également le premier album. « Slave To The Grind » m’avait collé une baffe à sa sortie. Mais en dehors de l’énergie, de la performance exceptionnelle de Bach, le soufflé retombe assez vite. Les compositions sont pas toute à la hauteur à mon avis.
    – Jamais aimé Extreme, je ne sais pas pourquoi. J’ai toujours fait un blocage avec ce groupe.
    – Pour le dossier texte, vous auriez pu (enfin, Canard surtout) citer Martin Walkyer de Skyclad également. Ces textes sont souvent intéressants, très bien écrits avec ce qu’il faut de poésie et de métaphores avec en plus ses fameux jeux de mot plus ou moins réussis. Très anglais et à mon sens un très grand parolier.
    – Peut-être auriez-vous pu faire un petit aparté sur les concept albums. Une autre façon d’aborder les textes dans les chansons. Histoire de dire qu’à de rares exceptions près, c’est souvent au raz des pâquerettes. 🙂
    – En fait, je me rends compte que, comme beaucoup, je fais partie de ceux qui ne font pas tout le temps attention aux textes. En général, je connais le thème des chansons que j’écoute mais je fais rarement une analyse de texte détaillé. Faut vraiment que je sois fan du parolier (Skyclad).
    – Critiquer l’accent anglais de Canard et balancer 2 émissions de suite du « Master of Poupettes » à tout va, hein, franchement… 🙂

    Bon, et bien vivement l’épisode 11 si Rémi ne s’est pas taillé les veines à l’écoute du nouveau Accept… 🙂

    • metal bla•bla 22/08/2017 à 17:52 - Répondre

      R : Salut Joc, welcome back. Merci pour tes commentaires. Concernant les concept albums je pense qu’on y reviendra une autre fois.

    • rivax 22/08/2017 à 18:51 - Répondre

      Tout à fait d’accord avec toi sur les concept albums. Le plus dingue c’est qu’il y en a de plus en plus, notamment chez les indé. Des groupes inconnus qui ont juste fait une démo et trois concerts et se lancent dans des concept album ou pire des sagas (c’est à dire plusieurs concept albums, genre tu décides de faire le Game of Thrones du Metal). Je pense que c’est théoriquement plus facile de le faire en indé (vu que t’as pas un label pour te dissuader) mais le résultat est rarement à la hauteur, sans parler du fait que ça prend généralement plus longtemps à réaliser. Pour moi, le seul concept album qui pourrait tenir la route serait un disque monté à partir d’une histoire déjà écrite (par exemple, un groupe qui ferait un concept album autour de l’oeuvre de Philip K. Dick).

  9. joc 22/08/2017 à 14:53 - Répondre

    Ah, oui, et sinon, une autre remarque que je voulais faire concernant le titre « Look What The Cat dragged in ». Vous le traduisez en un « Regarde ce que la chatte a apporté » bien paillard qui ne correspond pas vraiment à la même chose en anglais. Pour moi, il n’y aucune connotation sexuelle dans ce titre. Le mot « cat » n’est jamais utilisé pour désigner un organe sexuel féminin en anglais. Ils utilisent « Pussy » qui veut aussi dire chat(te) mais pas « Cat ». « Look What The Cat Dragged In » est une expression américaine qui pourrait se traduire par « Mais qui voilà? » et qui est utilisé lors de la rencontre fortuite d’une personne peu appréciée. Genre si le méchant qui veut détruire le monde surprend James Bond dans son bureau, il pourrait dire: »Well, well. Look what the cat dragged in ». Vous voyez le topo?
    Du coup, j’ai toujours pensé que ce titre servait comme une présentation du groupe (vu que c’est leur premier album) et que le sens serait « Matez un peu les mauvais garçons que voilà »… En gros.

    • metal bla•bla 22/08/2017 à 17:57 - Répondre

      R : ok, super précision. Je pensais qu’il y avait un double sens sexuel quand même parce que « Open up and say ahhh »… 🙂

      • joc 22/08/2017 à 20:13 - Répondre

        « Open up and say ahhh », je pense qu’il n’y a aucun doute, même si à la base, il s’agit de la phrase classique d’un docteur qui vérifie les amygdales de son patient….:)
        LWTCDI, non. Par contre la chanson parle de sexe, ça y a pas de souci. De débauche d’une manière générale d’ailleurs.

  10. rivax 22/08/2017 à 15:33 - Répondre

    Bravo pour cette émission, vraiment bien montée et équilibrée. Au début on se dit « putain, 3 heures, ça va être long », et puis tout passe bien. Vous parvenez à livrer un contenu érudit sans être chiant en faisant passer pleins d’idées. Bref, sur la forme, c’est vraiment super.

    Ce mois-ci, j’ai vraiment beaucoup aimé le dossier sur le Hard US et sur ce sujet, je conseille vivement le livre Fargo Rock City écrit par Chuck Klosterman (paru chez Rivages Rouges). C’est le journal d’un metalleux qui a découvert le Metal avec « Shout At The Devil » à l’adolescence et qui est plus tard devenu rock critic. Il raconte donc ce qu’être jeune metalleux dans un bled signifie, mais donne aussi sa définition du Metal, parle des groupes des années 80 qu’il a aimés (le Hard US), de ce qu’il a moins aimé (Metallica en prend pour son grade, Slayer fait très peur, le Grunge est remis à sa place) pourquoi il a adoré cette période et ce qu’elle a pu signifier au-dela des paillettes et des choucroutes. Il parle évidemment de l’émergence de MTV et de l’explosion du Vidéo Clip et il a une approche critique de plusieurs groupes phare de la décennie. Il fait notamment une étude très complète et passionnante de la carrière des Gun’s, de leurs lyrics et de leurs clips. La traduction française est vraiment respectueuse du texte en VO (une constante chez Rivages Rouges qui fait souvent appel à des auteurs et des journalistes pour ses traductions). Bref, c’est un bouquin vraiment top.

    • metal bla•bla 22/08/2017 à 17:58 - Répondre

      C’est un super bouquin effectivement, je l’ai lu. J’aurais du en parler, j’ai complètement zappé. Je le signalerai dans la prochaine émission.

  11. Diossounet 22/08/2017 à 21:08 - Répondre

    Ah oui, je viens compléter mon précédent post avec des idées qui me sont venues entre-temps concernant l’émission.
    Je pense que vous n’êtes pas trop connaisseurs de la scène Grindcore (personnellement je suis pas spécialiste mais y’a quand même quelques groupes que j’aime), mais vous auriez pu en causer un mot dans le dossier sur les paroles. Descendant à la fois du punk et du Metal, ils ont pas mal cette culture punk de paroles engagées politiquement, plus encore qu le Thrash. Un groupe comme Napalm Death par exemple aborde souvent des thèmes anticapitalistes, anti-facho, anti-guerre, et si c’est clairement pas de la littérature, le fond est parfois assez intéressant. Y’a aussi toute une vague de groupe de Grind vegan, à fond dans cette thématique dans les paroles, les plus connus étant Cattle Decapitation, excellent groupe qui rajoute du Death et du Black dans son grind.

    Sinon, je voulais aussi dire un petit mot sur la fin de votre dossier, quand vous avez mesurer la vacuité des textes de groupes français francophones. Et là aussi j’ai quelques trucs intéressants à ce niveau à proposer :
    – Celeste : groupe qui mélange Black Metal et Hardcore, vraiment excellent, et dont les paroles, en français dans le texte, sont assez nihilistes. C’est du parlé très cru, mais c’est vachement fort, y’a beaucoup l’usage de la première personne, et ça tourne souvent autour de personnages féminins, et je trouve que ça va super bien avec leur univers et que ça rajoute un truc aux morceaux.
    – Alcest : eux se la jouent très poète, avec des textes un peu abstraits mais des tournures parfois assez belles. Là aussi, ça va bien avec le côté assez éthéré de leur musique.
    – Les Discrets : un groupe un peu dans la même mouvance que Alcest, mais qui fleurte aussi un peu avec le postcore. Et là aussi on est sur de la formule assez poétique, avec beaucoup d’anaphores notamment, et y’a quelques textes vraiment réussi, surtout sur le premier album « Septembre et et ses dernières pensées », qui en plus est largement leur meilleur à mon sens.

    • metal bla•bla 22/08/2017 à 21:11 - Répondre

      R : Merci pour ces précisions. On parlera de Napalm dans le dossier death.

      • Diossounet 24/08/2017 à 02:20 - Répondre

        Content d’apprendre que vous allez en parler, même si techniquement, Napalm Death n’est pas un groupe de Death Metal, mais plutôt de Grindcore (qu’ils ont pour ainsi dire co-inventé avec Carcass). En fait, le seul album vraiment Death Metal de ND, c’est Harmony Corruption, qui pour le coup est vraiment un album de Death old school à la floridienne avec le son de la scène etc. Y’a eu aussi pas mal d’influences Death dans toute la période allant de Fear, Emptyness, Despair à Words from the Exit Wound, où le groupe a tenté des trucs moins nerveux et rapides et pas mal expérimenté (y’a même des sonorités Indus), il est d’ailleurs assez compliqué de vraiment refilé une casquette précise à ces albums là.
        Mais en règle général, et ça s’applique à une bonne majorité de leur discographie, Napalm Death c’est la définition du Grindcore au même titre que Judas Priest est la définition du Heavy et que Slayer est la définition du Thrash (je pense que mes métaphores seront comprises, surtout si vous avez des palmes) !

        • metal bla•bla 24/08/2017 à 07:34 - Répondre

          R : T’inquiète, on devrait s’en sortir 🙂

  12. Modrigue 23/08/2017 à 10:36 - Répondre

    Bonjour,

    Merci pour cette émission encore une fois très intéressante et fouillée. Le Hard US c’est pas trop mon truc, mais j’ai quand même tout écouté !

    Un futur dossier sur les concerts metal / hard rock ?

    • metal bla•bla 23/08/2017 à 10:38 - Répondre

      R : oui, ça fait partie des sujets que l’on traitera en saison 2 s’il y a une saison 2 🙂

  13. Pierrick 23/08/2017 à 16:41 - Répondre

    Bonjour à vous deux, et merci pour ce nouvel épisode encore une fois riche en trolls qui font réfléchir, qui m’engagent à formuler et expliciter mes objections.

    1/ Happy Metal
    J’entends vos critiques récurrentes sur le Power Metal, et dans cette dernière sur Battle Beast Disco Metal et Alestorm Patrick Sebastien Metal. Je suis d’accord pour dire qu’il y a du festif dans ces groupes, mais REM parle de vernis Metal et là je ne suis pas d’accord. Je pense qu’ils sont tout à fait Metal, au moins guitares, batterie et voix. Comme le faisait remarquer Steven, BB ont gagné le Wacken Metal Battle par exemple, et Alestorm n’est pas accessible aux non-metalleux. Tu objectes que populaire ne veut pas dire bon : OK, pas de problème. Mais là où je ne suis pas d’accord c’est quand tu dis que quelque chose peut être populaire auprès d’une large population très metalleuse, être peu accessible à une population non metalleuse, et ne pas être du Metal.
    Le Metal peut être happy, il n’est pas, comme vous semblez les sous-entendre parfois (surtout Canard), intrinsèquement sombre et tourmenté. Il peut l’être, ça peut faire partie des sentiments qu’il cherche à susciter, mais il y a d’autres émotions possibles. D’ailleurs, quand REM rappelle régulièrement qu’il ne va plus aux concerts notamment parce que le son ne lui convient pas, ça m’interpelle. Les moments d’écoute attentive chez soi, livret en main, ce n’est pour moi qu’une partie des émotions et du plaisir du Metal. Mais le concert, les pogos, les moshes, les circle pits et autres danses, sont une autre part essentielle du plaisir Metal. Aucune autre musique live ne me donne envie de me sortir de moi-même ainsi. Et les styles de Metal parfois simples mais happy sont pour moi les meilleures en live. Je pense que c’est cette distance sur les émotions qui est au cœur de la plupart de mes désaccords avec vous depuis le début, quand vous sombrez à votre côté Statler et Waldorf

    • metal bla•bla 23/08/2017 à 22:52 - Répondre

      R : M. Canard est un peu « contre le fun » parce que c’est un triste sire, mais oui le metal peut être autre chose que sombre, suffit d’écouter David Lee Roth (si tu utilises le mot metal dans sa récente acception qui englobe tous les styles, y compris le hard alors qu’au départ c’est l’inverse). Pour les concerts, j’aime bien le live et l’ambiance concert, mais pas les grandes salles. Je développerai dans l’émission consacrée au sujet (j’avais écrit un papier sur le sujet que je ressortirai pour l’occasion). Et merci pour la référence au Muppet Show, ça fait plèze ! 🙂 Faut que je m’entraine à rire comme eux.

  14. Pierrick 23/08/2017 à 17:28 - Répondre

    Re,

    2/ Les textes
    a- Très bon dossier. Hetfield et Lemmy sont deux excellents paroliers. J’avais d’ailleurs présenté 1916 au bac d’anglais.
    Paradoxalement, je suis venu au Metal par les paroles. Vers 13 ans on faisait partie d’un groupe de fans de Pink Floyd : les mêmes discussions passionnées et sur-analysées qu’on peut avoir entre metalleux, mais restreintes à Pink Floyd (élargies aux albums solos de Gilmour et Waters). Quand un pote de ce groupe a ramené Rock and Roll de Motörhead, j’ai cru qu’il était devenu fou. Ne lâchant rien, il m’avait fait une cassette avec The Number of the Beast sur une face et Master of Puppets sur l’autre (rien que ça !). Et finalement les guitares de Maiden n’étaient pas si orthogonales à Gilmour que ça. Mais là où j’ai commencé à vraiment sombrer c’est sur les paroles de Number of the Beast itself. Comme tu l’as évoqué REM sur The Thing that should not be, nous aussi nous étions un groupe isolé de ce qu’on appellerait maintenant des geeks, affamés de SF et de fantasy, et trouver un style musical qui parle de nos passions plutôt que d’histoire de cœurs, de sexe ou de drogue, hé bien on se sentait moins seuls, connectés à cette musique. Puis on s’habitue à la disto, aux techniques vocales, puis on ne peut plus s’en passer etc.

    Bref.

    b- Ah, est-ce que quelqu’un pourrait dire à Canard que normalement quand on lit ou écoute une autre langue, on ne traduit pas dans sa langue maternelle pour comprendre ? Ça revient souvent dans son discours, comme une phase obligée, mais en fait non. Il n’y a qu’en prépa que j’ai fait du thème et de la version, mais jamais ailleurs. Ce n’est pas ça comprendre un texte dans une autre langue.

    c- Sinon, vous mettez une cartouche à Maiden en sélectionnant leurs pires titres : c’est rapide. Je trouve que chez Maiden il faut distinguer entre leurs deux paroliers, Harris et Dickinson.

    Harris a un style plus working man, plus direct et clair. Dickinson a un style plus poétique. Je ne fais pas de gradation entre ces approches. Quand Harris est pressé et en mode fanboy, ça donne les textes à énumérations factuelles que vous avez cités pendant l’émission : Alexander the Great, Quest for Fire, to Tame a Land. Mais il sait aussi écrire des trucs intéressants : Hallowed be thy Name est stressant, Run to the Hills est bien construit, avec un narrateur par couplet (indiens, colons, neutre). The Duellists a des paroles très bien rythmées et découpées, en très bonne adéquation avec le thème de la chanson et la musique, Coming Home me parle beaucoup.

    Dickinson a un style plus sophistiqué, et moins clair, surtout quand il parle de ses passions alchimiques (Revelations). Mais il sait écrire de belles choses, je pense à Ghost of the Navigator ou Empire of the Clouds, ou encore dans ses albums solos à Tears of the Dragon ou Taking the Queen.

    d- Je relis tout ça et je veux redire, merci les gars pour le travail que vous faites pour concevoir et réaliser ces émissions. Forcément, et malheureusement aussi, on a toujours plus d’énergie et d’arguments pour exprimer un désaccord qu’un accord, alors au nombre de signe on peut avoir l’impression que l’avis est plutôt négatif, mais je vous assure que ce n’est pas du tout le cas.

    • metal bla•bla 23/08/2017 à 22:54 - Répondre

      R : pas de souci, la contradiction n’est jamais un problème quand on apporte des éléments. Et ça tombe bien les auditeurs de MBB aiment blablater autant que nous avec des munitions dans la besace. C’est parfait. Et tu as raison pour Maiden.

  15. ÖSTRALAUPYTECH 02/09/2017 à 13:32 - Répondre

    Hail to the duellists,

    Encore une fois, du bon boulot d’analyse, empreint de bon sens, saupoudré de mauvaise foi, et truffé d’ironie. De quoi nous ravir les esgourdes jusqu’au prochain épisode.
    Le HARD US n’étant pas vraiment mon style de prédilection, je me contenterai de citer un groupe non évoqué qui m’avait interpellé à l’époque. Bien que pratiquant la discipline concernée, ceux-ci ne sont pas Yankees, mais plutôt adeptes du caLibOO dans le tabernÂÂÂcle. Gros succès aux States, quasi-inconnu sur le vieux continent : https://www.youtube.com/watch?v=bw-Hh-5z1J0

    Quant au dossier « textes », affligeant constat à quelques exceptions près. En même temps les gars, si vous voulez lire des paroles intéressantes, ben faut écouter de la musique intelligente. ( un bon d’achat pour une épilation gracieusement offert par la maison).
    Chacun sait qu’il est un style ayant l’apanage des harmonies savantes et textes de qualité. Vous l’avez tous deviné, l’avez tous plébiscité, le PROG. bien sûr.
    J’entends déjà l’ours des forets catalanes gronder dans sa tanière face à la gratuité de cette provocation. Il n’aura pas totalement tort mais il faut tout de même avouer que mon affirmation n’est pas complètement dénuée de véracité. Et j’entends par là, au sens large, aussi bien le Metal prog. que son inspirateur le Rock progressif, dont les auteurs se donnent la peine de soigner leurs écrits.
    Un auditeur m’a précédé en citant RUSH, auquel on peut aisément ajouter nombre des ses confrères : GENESIS et Peter Gabriel, Peter Hammill et VAN DER GRAAF GENERATOR, PINK FLOYD, Robert Wyatt, AYREON et AA Lucassen, QUEENSRYCHE, THRESHOLD…etc…

    Goûtez moi ça comme c’est bon :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZiRuj2_czzw

    https://www.youtube.com/watch?v=CrcaRexYHyo

    Pour conclure, petite question piège, avez vous songé à nous concocter un dossier Metal Indus ?

    Continuez sur votre élan, la démarche est pertinente.

    See you in Hell.

    • metal bla•bla 03/09/2017 à 14:13 - Répondre

      R : j’avais noté quelques chansons de Neil Peart que j’aime beaucoup (« Bravado », « Dreamline ») mais je n’ai pas lu assez pour le citer comme auteur préféré. Concernant le prog, doit y avoir du bon. Mais comme on le dit dans l’émission, faut pas non plus se laisser « berner » par une bonne thématique parce que ça ne fait pas toujours un bon texte pour autant.

  16. chtronk 06/09/2017 à 07:41 - Répondre

    Concernant les textes et thématiques, et concernant plus particulièrement le Black Metal, voir la video de Sakrifiss : https://www.youtube.com/watch?v=sQveONiqalQ

    Sakrifiss explique, avec son humour assez particulier, ce qu’est le black metal, du point de vue thématique. Il explique pourquoi le hurlement, pourquoi l’anti-christianisme, et fait le lien entre les sous-genres du BM (ils ont un dénominateur thématique commun).

    Pour ceux que le MBB sur le BM a laissés sur leur faim (car REM et Canard n’aiment pas le BM bla bla bla), je pense qu’il s’agit d’un complément intéressant.

    • metal bla•bla 06/09/2017 à 16:48 - Répondre

      R: cette vidéo illustre super bien notre propos je trouve.

      • Chtronk 06/09/2017 à 17:52 - Répondre

        Par rapport à quoi précisément ? Au fait que les fans de BM sont un peu « à part » ? Pas sûr qu’on puisse généraliser à partir de la vidéo de sakrifiss (pas d’amalgame, comme dirait l’autre).

        En tout cas, perso, je trouve que les thèmes sont hyper importants dans le BM (dans le heavy honnêtement je m’en tape) car renforcent les ambiances. Si tu juges le BM en te basant uniquement sur la mélodicité des morceaux (ton cheval de bataille) tu vas aimer windir, tu vas aimer le immortal tardif, mais tu vas passer (c’est mon opinion) à côté de la majeure partir de la production BM.

        J’ai découvert darkspace grâce à cette vidéo. Du point de vue mélodique c’est à chier, mais point de vue ambiances pardon (essaye d’imaginer une illustration sonore des aspects les plus sombres de warhammer 40000).

        • metal bla•bla 06/09/2017 à 17:58 - Répondre

          R : Les thèmes dont il parle sont pour la plupart présent dans le metal en général et ne sont pas spécifiques au black je trouve. Pour le reste j’ai à peu près tout dit dans l’émission.

  17. Chtronk 06/09/2017 à 17:17 - Répondre

    Les affirmations péremptoires et les CDLM ça fait assez metal donc ça ne me dérange pas c’est dans le ton (je suis assez grand pour me forger une opinion avec tous les sons de cloches audibles sur internet).

    Perso je trouve que MBB remplit bien son rôle de passe plats (j’ai découvert quelques groupes supers : thin lizzy, accept, etc…). En tout cas les quelques épisodes de MBB concernant les sous-genre de prédilection de REM/Canard (j’attends le MBB sur le death avec une petite appréhension… pas désagréable (ça va chauffer dans les commentaires)).

  18. Chtronk 07/09/2017 à 16:18 - Répondre

    J’ai quelques questions/suggestions concernant le site (rien à voir avec le MBB10 en particulier).

    Constats :
    – les commentaires ne se font que dans une direction (auditeurs REM/Canard), il y a rarement des échanges entre auditeurs
    – on connaît les penchants musicaux de REM/Canard, pas ceux des auditeurs. C’est dommage ça donnerait du relief à leurs commentaires

    Questions/suggestions :
    – pourquoi ne pas créer de section « forum » ? Techniquement c’est probablement complexe, et il faut un modérateur (pour éviter que les auditeurs ne s’écharpent). Mais ce serait cool.
    – quand on poste un commentaire, on est identifié par son pseudo. C’est tout. Dommage qu’il n’y ait pas un petit cartouche avec, par exemple (idées) :
    * nos 3 ou 5 groupes (+album) préférés (les metalleux adorent les classements, c’est à notre portée)
    * notre « coloration » metal. Genre avec une note sur 10 sur notre appétence pour 4 catégories : metal de tata (power sympho, hard fm, speed melo etc…), heavy/hard, heavy plus bourrin (ex : accept +thrash, death melo), extrême (black/death etc…). Genre pour Canard ça donnerait (au pif) 3/8/9/4, pour REM 6/9/7/2. Ca situe un peu l’interlocuteur, quoi

    Je ne sais pas ce qui est faisable voire raisonnable, je lance des pistes.

    • metal bla•bla 07/09/2017 à 18:59 - Répondre

      R : le site est en cours de modif (je suis dessus) et outre une nouvelle rubrique « blog / news » destinée aux infos des auditeurs je suis en train de tester une section forum. Comme quoi, les grands esprits sont des grands esprits. On vous tient au courant.

      • chtronk 07/09/2017 à 23:06 - Répondre

        Ben ouais un moment je me suis dit « putain ils sont vachement réactifs les mecs, et j’ai même pas envoyé de chèque rien ».
        A force d’écouter de la musique occulte, des liens télépathiques doivent se créer.
        Ou alors il y a un noeud spatio-temporel le 07.09. En plus si t’enlèves 43 de 0709 tu tombes sur 666, la coïncidence est troublante c’est dingue.
        Je crois que je vais en discuter avec mon psychiatre.

        P.S. : mon niveau THeBé perso (Tata / Heavy / Bourrin / Extrême) est C/C/B/B (avec des lettre c’est encore mieux, ça fait score VIPED (attention référence))

  19. Hoover 08/09/2017 à 18:59 - Répondre

    C’est pas vraiment un commentaire, mais le nouveau Paradise Lost, Medusa, est vraiment exceptionnel dans son genre (un retour inespéré à la magie de la période Gothic / Draconian times et à une voix plus growlée qui donne beaucoup plus de profondeur). Je serais curieux d’entendre votre avis le concernant dans une prochaine émission!

    • metal bla•bla 08/09/2017 à 23:17 - Répondre

      R : je n’ai pas accroché, un peu trop linéaire pour moi mais je suis en train de rattraper mon « retard » sur PL, j’ai arrêté d’écouter le groupe depuis longtemps et je me demandais justement si j’avais pas loupé des trucs 🙂 Je ne sais pas si le Canard l’a écouté.

      • Hoover 09/09/2017 à 00:15 - Répondre

        Attention quand même, c’est le genre d’album qui se bonifie avec les réécoutes. 🙂

        • metal bla•bla 09/09/2017 à 09:58 - Répondre

          R : oui, je n’ai pas d’avis définitif d’autant qu’il faut se « remettre » dans l’ambiance Paradise Lost pour ma part.

  20. MrPropre 14/09/2017 à 23:12 - Répondre

    Bonsoir à vous 2. Ben dis donc, ça faisait un moment que j’étais pas passé par la page commentaires et je constate que ça réagit pas mal 😁… belle émission dans l’ensemble !
    Je dois vous raconter une petite histoire en relation avec le thème. Il y a 10 ans, j’errais sans but sur internet tout en écoutant l’éponyme de WASP. L’idée me vient de trouver des infos concernant cet immense album qui s’écoulait dans mes oreilles et je tombais par hasard sur la kro de Canard sur NIME que je ne connaissais même pas. Je pris ce soir là ma première piqûre… Depuis le temps est passé, les enfants on grandit et le père Régimbal est toujours là. À bientôt

  21. Grif 18/09/2017 à 21:43 - Répondre

    Bonjoir a vous vaillant duellistes du verbes ! 😀
    Je pense que cette émission est votre meilleure pour l’instant, je ressent beaucoup plus votre complicité et vos vannes fusent beaucoup plus facilement. Pour le reste, le sujet hard US je vais pas vraiment en parler vu que c’est pas du tout ma camme (même si le Metal Health de Quiet Riot est excellent). Par contre sur les textes…

    Je suis assez d’accord avec vous sur l’importance des paroles dans le metal (surtout quand on voit que des groupes comme Anaal Nathrakh ne publient pas leurs lyrics), même si certains groupe arrive a sortir des textes de qualités. Je pense par exemple a Angellore, groupe de Doom/death atmo qui écrit des textes vraiment très beau sans tomber dans le cliché gnian gnian du gothique romantique dégoulinant ou Gojira qui propose des imageries parfois très bien foutue (Where Dragon Dwell part exemple).

    Et j’en vais aussi de mon paroliers favoris: Vorph de Samael. On oublie juste les trois premiers albums qui servent des textes un peu bateau avec des formulation un peu chelou. Le choc pour moi c’est le morceau A man in your head qui se paie quand même le luxe d’être un morceau au parole anti totalitarisme et de marteler bien comme il faut un « ein volk ein reich ein fuhrer » pour bien appuyer son propos. autant thématiquement que musicalement.

    Voilà, j’ai pas grand chose de plus à dire si ce n’est que j’attend avec impatience la suite (surtout le dossier sur le cinéma). Et j’ai envie de vous conseiller un petit album de derrière les fagots. allez écouter l’album Escaping Gravity de Gross Reality, c’est un espèce de heavy/thrash vraiment intérressant et original.

    • metal bla•bla 18/09/2017 à 22:14 - Répondre

      R : Salut à toi et bienvenue. Je connais mal Samael (à part Passage et Reign of light. M Canard aime beaucoup Eternal si je ne m’abuse.) et pas du tout Gross Reality. On va tester.

  22. Bob 11/10/2017 à 21:48 - Répondre

    Un épisode de Dirty Biology très intéressant sur la pensée anti spéciste pour contrebalancer un peu ce qu’en dit Canard (ou alors lui donner meilleure conscience de s’enfiler du foie gras)
    https://www.youtube.com/watch?v=w3hTp7v2rqc