Loading...

Podcast metal #011

 

Sommaire du podcast #011
Émission radio enregistrée le 13/09/2017 • 2h40

FAQ • T’écoutes quoi en ce moment ? (21’50) • Blabla news (35′) • Top 5 Death Metal (47’15) • Kiss Kiss Blabla : Eternity de Anathema (1h50) • Dossier : La critique (1h56) • Y a pas que le metal dans la vie (2h30) • Sommaire metal bla•bla #012 (2h39)

Errata & précisions : Napalm Death, « le groupe le plus rapide du monde », était en couverture du NME et pas de Kerrang. « Mon curé chez les nudistes » a été réalisé par Robert Thomas. Et on dit StromBLAd et pas StromBALd. Enfin Heartwork n’est pas le 3ème mais le 4ème album de Carcass. Comme de bien entendu.


Retrouvez la playlist de l’émission sur Deezer
A part…
> « Karma », le premier extrait de l’album de Cyrha


Références diverses

Les conseils des auditeurs
> Metalliquoi (chaîne Youtube, F)
> Metal in Theory (site pédago-didactique, VO)
> Metal Tics (chaine pédago-musicologique Youtube, F)
> Fargo Rock City • Chuck Klostermann (le hard US vu par un fan américain de Mötley Crüe)
> Interview de Nicolas Merrien, auteur de Black Sabbath : Children of the grave sur Another Whisky Miser Bukowski
> E-penser : c’était mieux avant, pourquoi c’est pas vrai…

Dossier death metal
> Choosing death, l’histoire du death metal et du grindcore • Albert Mudrian (histoire vue notamment côté anglais, label Earache, etc.)
> Extremity retained, notes sur le death metal underground • Jason Netherton (par un ex-Dying Fetus, livre basé uniquement sur des témoignages dont — notamment — celui de Scott Burns).
> Swedish death metal, histoire d’une musique extrême • Daniel Ekeroth
> Death metal documentary (documentaire, VO)
> 90´s Thrash/Death Metal – A Deathumentary (documentaire, VO)

Pas que le metal…
> La libération animale • Peter Singer


Article
> Running Wild et Sabaton, ou les délices de la médiocrité • Discographie sélective

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

59 Commentaires

  1. Chtronk 20/09/2017 à 12:39 - Répondre

    MBB très plaisant. J’écoute assez peu de death, mais je suis dans une petite période In Flames depuis quelques semaines. Ca me donne du grain à moudre donc c’est top.

    Pour revenir sur la critique. Vous avez le droit d’avoir un avis sur tout pas de souci. Que vous maîtrisiez le sujet ou pas ça ne me pose (et à la majorité des auditeurs je présume) absolument aucun problème.
    Pour revenir au BM (car beaucoup de commentaires tournent autour).
    Rémi, tu n’aimes pas, pas de souci. Moi ça résonne en moi. Ca me « parle », comme le heavy allemand te parle si je peux me permettre la comparaison.
    Tu trouves que c’est une musique de cons, pas de souci. Belle punch line, ça m’a fait lever un sourcil et m’a fait sourire (en mode « putain il va manger dans les commentaires »).

    La seule chose qui m’avait fait tiquer à l’époque du MBB BM, c’est le fait de construire un top 5 sur un genre que tu n’aimes pas. Déjà bravo, car je pense en être largement incapable (j’ai beaucoup de mal avec le jazz (je ne parle pas du rap qui est la cible favorite des metalleux), je serais infoutu de faire un top 1). Et puis c’est le format de l’émission donc pas trop le choix. Mais je pense que ce top n’est, du coup, pas vraiment pertinent, dans le sens où il ne va pas nécessairement donner des pistes intéressantes à quelqu’un qui souhaiterait découvrir le BM. D’autant plus que tu juges le BM selon des critères heavy (mélodicité, pertinence du chant etc…)
    Et puis bon mettre Z&A en top, c’était assez discutable (je l’ai écouté plusieurs fois, pour moi c’est un honnête 3/5, c’est du bon artisanat pour vous paraphraser, mais ça casse pas 3 pattes à un palmipède, et se retrouver top BM avec juste un EP…)

    Donc vivement le forum, que les auditeurs puissent proposer leurs top 5 persos (j’avais posté mon top 5 BM dans les commentaires tantôt de mémoire, mais il est amené à évoluer (j’explore les groupes de BM français et y a du bon dans le tas))

    Voilà. Sinon encore bravo et merci (toujours content de recevoir le mail de mise en ligne d’un nouveau MBB le matin).

    • metal bla•bla 20/09/2017 à 15:43 - Répondre

      R : Concernant les « cons » je maintiens, le discours des musiciens BM ne vole pas très haut, se veut vaguement intello mais pour moi c’est du cache misère. Et c’est d’autant plus flagrant qu’ils essayent pour beaucoup de paraitre malin. Les fans, c’est autre chose. Si comme les musiciens ils défendent le BM avec des arguments brumeux, tant pis pour eux. D’autres sont un peu plus factuels et s’excluent de fait de la catégorie des cons. Enfin, comme on le dit dans le dossier critique, personne n’est critiquable pour ses goûts seuls. Globalement. Parce que, comme toujours il y a des exceptions, mais avec les exceptions on ne peut parler de rien.
      Concernant les Top 5, ils sont persos. L’intro sur les genres permet en général d’avoir les grands noms. Si tu ne connais vraiment rien au genre tu sais que Emperor / Immortal / Mayhem / Burzum… Et dans ce cas précis, effectivement, mon top est « alternatif ». Mais je pense qu’il peut ouvrir la voie à quelqu’un qui, comme moi, n’est pas dans le truc ou conserve des a priori qui l’ont empêché (contrairement à moi cette fois 😉 ) de franchir le pas ou de tenter des trucs. Comme on le dit dans la nouvelle émission, faire un top sur certains styles est, pour moi en tout cas, juste impossible dans l’état actuel des choses. A moins évidemment de prendre quelques mois pour m’immerger dans un genre. Pourquoi pas, mais là, l’envie devra être plus forte que l’obligation. Je préfère ne pas traiter un sujet ou un genre que de me forcer absolument pour au final n’avoir pas d’autre chose à dire que CDLM ou ça ne me plait pas du tout, j’ai rien retenu.
      On aurait peut-être également du préciser que nos « critiques les plus dures sur les critiques reçues » étaient destinées à des gens qui pour la plupart n’ont pas été publiés dans les commentaires, parce que le contenu de leur message ne relevait que de l’attaque ad hominem et pas d’un débat musical, aussi musclé soit-il. J’ai pour ma part, et sans flatterie aucune, confiance dans « l’auditeur type » de MBB pour savoir se tenir et faire la part des choses (les « lecteurs types » d’Inoxydable étaient tous très bien élevés y compris quand j’avais raconté des horreurs sur leur groupe préféré. Et moi même je leur répondais avec courtoisie (me semble-t-il). Si forum il y a, je pense donc qu’il sera de bonne tenue, même si nous ne serons pas tous d’accord sur tous les sujets. Reste la technique à résoudre, c’est en cours.

      • chtronk 20/09/2017 à 21:49 - Répondre

        Concernant les groupes de BM, on est d’accord que les fondateurs du genre étaient assez particuliers (ils ont été démoulés trop chaud on va dire). Maintenant, de là à généraliser à l’ensemble de la scène BM, c’est un raccourci que j’éviterai de faire.

        Concernant le top 5 pour faire découvrir le genre, tu ne peux effectivement pas faire l’impasse sur emperor/immortal/burzum/mayhem (je rajouterais Bathory). Mais ce ne sont pas forcément ces groupes que je conseillerais à un néophyte (je les écoute très peu). A l’exception d’Immortal, qui est parti sur du « Black’n Roll » à partir de « At the heart of winter » ce qui le rend très « parlant » pour le metalleux lambda.

        Je partirais plus sur :

        – Windir. C’est quand même, objectivement (dans mon référentiel personnel), le meilleur putain de groupe de metal du monde 🙂 . Le néophyte, il écoute l’album Arntor 2 fois par jour pendant une semaine (c’est comme les suppos), et on commence à discuter BM. Et perso j’ai du mal à associer l’adjectif « con » à Valfar (sauf concernant sa mort, car mourir de froid pour un norvégien c’est quand même pas classe).

        – Summoning. Du Tolkien BM. Tout le monde arrive à peu près à situer le seigneur des anneaux. La thématique parle. Et il y a, à part Lugburz, 0 mauvais album, et chaque album est différent. Je rêve d’un remake du seigneur des anneaux en plus sombre avec une BO signée Summoning

        – Nokturnal Mortum. 2 « phases » dans la vie du groupe, les anciens albums étant plus BM dans la même veine que les premiers dimmu borgir par exemple (écoutez Lunar Poetry). Les plus récents sont plus typés pagan épique (écoutez « Voice of Steel », ça envoie). Dans ce même style vous avez également le groupe « Moonsorrow », excellentissime groupe de pagan finlandais.

        – Ensiferum. Un groupe de folk BM. Ecoutez les 3 premiers albums (de « Ensiferum » à l’excellent « Victory songs »). Ca s’écoute tout seul, en boucle.

        – Drapsnatt. Un groupe assez récent de BM mélancolique. Ecoutez « Hymner Till Undergangen »

        – pour la scène française, j’aime beaucoup « Sale Freux » (BM mélancolique également). Par exemple « Adieu, Vat! »

        • metal bla•bla 20/09/2017 à 22:27 - Répondre

          R : on a bien parlé de Bathory et de Windir (j’ai 2 albums, c’est dire si j’aime pas le BM 🙂 ). Summoning ça sera sans moi. Ensiferum est à peu près aussi black que Children of Bodom (je crois que j’ai encore leur premier album quelque part). Nokturnal ça me parle mais il me semble qu’on m’avait catalogué ça « douteux ». P’têt confonds-je. Connais pas Drapsnatt et Sale Freux.

          • chtronk 20/09/2017 à 23:34

            Nokturnal Mortum était anciennement rattaché à la mouvance NSBM (c’est sans doute pour ça). Il est cela dit tout de même chroniqué sur nightfall. « Voice of Steel » est purement pagan/épique, pas de chanson tendancieuse. Ecoute les morceaux « The Voice of Steel » et « Valkyrie » pour te faire une idée.
            J’ai tendance à fermer les yeux sur les tendances « fascisantes » des groupes est-européens (NM est un groupe ukrainien), qui sont surtout des réactions de rejet par rapport à leur passé sous la coupe du parti communiste.

            Drapsnatt et Sale Freux sont des groupes récents. Tu peux trouver des chroniques de certains de leurs albums sur thrashocore.com. Tu trouves leurs albums facilement sur youtube.

            Ensiferum n’est pas spécialement bien considéré par la sphère black, mais j’aime bien (c’est mon running wild à moi… ah ben non j’aime bien running wild aussi), et c’est très accessible. J’aime moins leurs derniers albums (eux aussi ont troqué le folk pour le symphonique, comme turisas tiens…). Mais « Victory songs » est énorme.

            Summoning c’est pas évident. Leurs albums sont tellement différents les uns des autres que tu peux adhérer à l’un mais pas à l’autre. J’aime beaucoup leur tout dernier sorti en 2013 (de mémoire) « Old Mornings Dawn ». Un néophyte je lui conseillerais peut-être les morceaux plus « accessibles » : « Beleriand », « Long Lost To Where No Pathway Goes », « The Passing Of The Grey Company »…où tu as de longs passages instrumentaux avant de te prendre le chant black.

    • theshaman 20/09/2017 à 21:41 - Répondre

      Le problème avec le black metal, c’est pas tellement de faire de la « musique de cons » en fait. Parce que le hard rock, le heavy, le thrash, le death, le punk sont aussi des « musiques de cons ». Le problème, c’est plutôt de faire une musique de cons qui se prend pour ce qu’elle n’est pas. Le discours des musiciens BM (pas tous celà dit) comme celui de nombreux fans du genre va avoir tendance à vendre le BM comme un truc plus « artistique », plus « profond », plus « intellectuel ». Forcément, quand l’ambition affichée est élevée, l’auditeur est d’autant plus exigeant concernant les moyens musicaux mis en oeuvre. Et quand les moyens en question se résument à des blast beats en continu, des trémolos, des hurlements et 2-3 ambiances de clavier « iveule », on a forcément un sentiment d’arnaque. Ca n’enlève rien aux éventuelles qualités réelles des groupes (y a de bonnes choses aussi dans le BM), mais bon, c’est chiant.

      A l’inverse, les mecs de Cannibal Corpse (par exemple) assument le fait de faire de la musique de cons. Et même quand Schuldiner joue de la musique d’un niveau de complexité et de technicité assez élevé (bien plus que la plupart des groupes de BM), il vient pas se la ramener en t’expliquant qu’il joue de la musique super profonde pour refléter la transcendance maléfique du cosmos.

      Celà dit, ce problème de décalage entre le discours et la musique n’est pas forcément spécifique dans le black metal. On trouve ça aussi dans le metal prog. Voire dans le metal symphonique (le fan de base metal sympho pense que Turilli c’est le nouveau Mozart et que Tarja Turunen c’est la Callas)

      • Chtronk 22/09/2017 à 10:53 - Répondre

        Franchement, un artiste qui se la pète ce n’est pas nouveau (je ne vais pas ressortir la citation du Bukovski sur Mozart etc…). Et ça se trouve dans tous les genres musicaux.
        Perso, je ne lis pas les interview. Que le mec ne se sente pas pisser ou qu’il reste humble et lucide sur sa production, je ne le vois pas et je m’en fous. Je prends le BM comme il arrive et apprécie la musique en soi (quand aux paroles, elles sont souvent inaudibles donc on s’en fout).
        Que certains auditeurs de BM pensent que le BM est le plus grand genre musical et que Burzum retourne Halford et lui met son kiki dans les fesses, pareil je m’en bats les steaks. Et tout le monde devrait faire pareil (sauf si tu as envie de joutes oratoires, dans ce cas tant mieux pour toi).

        • metal bla•bla 22/09/2017 à 14:54 - Répondre

          R : c’est à se demander pourquoi tu écoutes MBB ? 🙂

          • Chtronk 22/09/2017 à 15:03

            Je n’en ai pas rien à carrer du metal, mais je ne prends pas tout ça trop au sérieux (on parle de gens qui branlent des manches et qui tapent sur des tambours, pas de la guerre ou de la faim dans le monde).

            Cela dit j’aime quand même en discuter… surtout quand on n’est pas d’accord avec moi (rien de plus assommant que les discussions où tout le monde est du même avis).

  2. rivax 20/09/2017 à 15:48 - Répondre

    Merci et bravo, et merci pour toutes ces citations. Petite précision toutefois
    rivax (thrasho et ici et pas mal ailleurs sur le net) = le fan de metal (facebook) = hank (anotherwhiskyformisterbukowski).

    Je suis vraiment d’accord avec Canard à propos de Lemmy. La statue au Hellfest est abominable et cette espèce de culte de Lemmy un peu effrayant, toutefois, j’ai quand même l’impression que le culte de Lemmy est plutôt un truc de « vieux ». Les jeunes, y compris les jeunes groupes, ne s’identifient pas du tout et ne citent que rarement Mötorhead en influence.

    Je recommande à tout le monde la lecture de l’autobiographie de Lemmy, « la fièvre de la ligne blanche » pour mieux cerner le personnage et le culte que certains lui vouent. Pour moi, Lemmy, c’est le mec qui n’a jamais renoncé à son rêve, il est toujours resté la rock star camée qui baise tout ce qui bouge alors que tous les autres se sont rangés (voir toutes les bio de rock star repenties qui te font la moitié de leur bouquin sur les cures de désintox, comment ils aiment leur femme et commet ils prennent leur pied à faire du quad dans le jardin). Lemmy lui, il a jamais renoncé et pourtant il est mort vieux. Donc les gens s’identifient à lui ou le considèrent comme une sorte d’icone. Ca me fait penser au genre de fascination qu’a exercé Cizia Zyke sur les gens qui ont lu ses bouquins (quoi, tu connais pas Cizia, tiens, j’ai un petit article avec une vidéo de son passage à Apostrophe : http://anotherwhiskyformisterbukowski.com/2015/07/11/cizia-zyke-portrait-du-dernier-aventurier/).

    • metal bla•bla 20/09/2017 à 15:51 - Répondre

      R : désolé pour la confusion des pseudos et des sites, je m’y perds vite. Le bouquin de Lemmy aussi bordélique et mal écrit (ou traduit) soit-il est l’un des plus marrants et des plus intéressants que j’ai lu jusqu’à présent. Un petit avis sur Lemmy ici.

  3. Joe the Alien 20/09/2017 à 16:36 - Répondre

    Objection, votre honneur ! C’est MOI qui vous ai comparés LE PREMIER aux vieux du Muppets Show, le 20/02 à 19h46, en vous saluant d’un amical « Salut les papys du Master of Muppets Show » !

    Non mais…

    Un fidèle auditeur hardos/métalleux languedocien depuis 1981 (toujours pas d’accord notamment avec votre propension à vomir DT et le prog « à lunettes » mais « qui se battra pour que vous puissiez l’exprimer » et qui se régale à vous écouter quand même 😉 )

    • metal bla•bla 20/09/2017 à 17:18 - Répondre

      R : désolé pour l’erreur de copyright. On devait être en train d’écouter Dream Theater à ce moment là, et on a lu de travers ! 🙂 Merci de ta fidélité en tout cas ! (rire asthmatique)

  4. Mr Majestyk 20/09/2017 à 17:00 - Répondre

    Salut,
    Dossier très fourni sur le Death ( je m’attendais à qq chose de plus succin, que sur le Hard Fm, BM ou le Thrash), encore une fois passé un bon moment et votre bonne humeur est contagieuse: j’ai failli sonner chez le voisin pour lui faire des Bisoux sur fond « Hammer smashed Face ».

    Deux commentaires:

    _Je sais que ce groupe fait parti des groupes transgenre blabla (Death/Thrash/indus) ou n’est pas super représentatif du Death pur jus, mais si on parle de Sepultura, je trouve dommage de ne pas évoquer Meshuggah, groupe qui a eu (et a encore) une influence sur le metal actuel et qui, contrairement à nombres de groupes de la scène Death sont aller en se durcissant et vers toujours moins de concessions.

    _Je n’ai pas trouvé le lien sur le bouquin de Merrien sur MBB mais j’imagine que c’est celui-ci?
    En lisant l’interview j’ai eu le sentiment que la position du gars gars n’est pas si neutre que ça. Effectivement il ne se présente pas comme un Hardos, dit qu’il aime bien le groupe mais essaye de ne pas faire de Fan service, mais ce qui m’agace c’est que j’ai retrouvé en filigrane cette éternelle gueguerre entre les Fans d’Ozzy et ceux de la période Dio (sans parler de Tony Martin). ça me fatigue à force. A titre personnel j’aime les 3 grandes périodes, elles ont chacune de bons moments à apporter. Aussi différenciées soient-elles ça reste Black Sabbath, ne serait-ce que parce que Tommy Iommi imprime sa patte sur chaque période. Que le Son Iommi, on l’entend aussi bien dans l’ouverture de « Wheels of Confusion » que sur les soli de « Neon Knight » ou « Kill In The Spirit World ». Après je pense que le bouquin pourrait quand même m’intéresser. J’aime bien quand il parle de son approche « solfège » des titres du groupe.

    Bisoux.

    • metal bla•bla 20/09/2017 à 17:17 - Répondre

      R : désolé pour l’oubli du lien, c’est réparé. Pour BS, au final, toutes les périodes sont effectivement intéressantes même si elles n’ont pas la même portée historique. On a évoqué Meshuggah dans les groupes à influence pour les années 2000. Dur de leur trouver une case précise c’est vrai. Faudra qu’on fasse un Top « inclassable » 🙂

    • rivax 21/09/2017 à 22:46 - Répondre

      Salut, petite précision sur l’interview de Nicolas Merrien. Le mec n’est pas un hardos mais il apprécie quand même le Sab

      Je pense que compte tenu de sa culture plus rock et hard rock, il regrette que Black Sabbath ait cédé à ses fans après never say die. Il pense en effet que Tony Iommi a renoncé à poursuivre l’évolution plus « prog » entamée à partir de Sabbath Bloody Sabbath et Sabotage pour revenir à un son plus Heavy Metal aux accents Doom car c’est ce que les fans voulaient.

      Je suis comme toi, j’aime tout Sabbath jusqu’au live reunion (j’ai beaucoup de mal avec le come back de 2013 à 2017) et je vois du bon dans toutes les époques, y compris les moins populaires du groupe!

  5. Bane Nyndovaas 20/09/2017 à 17:00 - Répondre

    Encore un très bon numéro, vous étiez en forme ! J’aime quand vous êtes taquins comme ça !

    Pour revenir sur Lemmy, je pense que des types comme Dio, Rob (Robounet comme dirait un certain palmipède), Iomi ou même Steve Harris méritent tout autant une statut dans les festivals. Malgré tout mon amour pour Lemmy et Motörhead, je ne comprend pas pourquoi c’est Lemmy qui est devenu une figure quasiment christique du metal…

    Sinon vous m’avez donné envie de m’intéresser au Death. Je ne connaissais que Death (que j’adore), Morbid Angel (auquel je n’arrive pas du tout à accrocher) et Arch Enemy (avec Alissa). Je pense écouter les albums dont vous avez parlé prochainement.

    Je voulais aussi vous parler d’une excellente chaine youtube qui parle de metal. Vous avez parlé de Metalliquoi, et je n’aime pas du tout ce truc donc je me permets de vous parler de 2guys1TV. C’est une chaine avec plusieurs émissions, qui parlent de sujets divers en rapport avec le metal. Y’a une émission sur le black, sur le traitement de l’Histoire dans le metal, sur la fantasy dans le metal… Et il fait aussi des tops, parce qu’on aime bien faire des tops, nous les hardos ! Je vous la conseille fortement, c’est ce qu’on fait de mieux sur le youtube francophone en terme de metal pour moi…

    Hâte d’entendre le prochain épisode, le sujet du prochain dossier m’intéresse particulièrement en plus.

    La bise, et Stay Clean.

    • metal bla•bla 20/09/2017 à 17:21 - Répondre

      R : On n’a pas tout regardé sur « 2 guys on TV » donc pas d’avis global. J’ai vu des trucs intéressants en effet et d’autres choses qui me gênent. J’attends d’en avoir vu davantage (mais ça prend du temps 🙂 ) Reste propre toi aussi !

  6. Mr Majestyk 20/09/2017 à 18:55 - Répondre

    Re, je me permet de citer deux bouquins qui peuvent éventuellement intéresser le Palmipède dans son questionnement: « dois-je ou non manger mes congénères? »

    « L’Humanité Carnivore » par Florence Burgat.
    et
    « Faut-il manger les animaux ? » par Jonathan Safran Foer.

    Tchuss.

  7. theshaman 20/09/2017 à 19:22 - Répondre

    Et voilà quand on poste sans se relire. Hésitez pas à virer l’autre comm.

    Premier commentaire pour moi même si j’écoute tous les podcasts avec assiduité.

    ToP 5 Death Metal très passionnant, comme souvent. Juste un désaccord concernant Edge of Sanity que vous semblez sous-estimer un poil en le réduisant à un groupe sympa qui a fait un disque conceptuel un peu culte. Les deux albums précédant Crimson (The Spectral Sorrow et Purgatory Afterglow) me semblent d’ailleurs plus marquants que ce Crimson qui est finalement plus un exercice de style qu’autre chose. Au début de sa carrière, le groupe a commencé death metal avant d’incorporer de plus en plus de mélodies, en particulier à partir de The Spectral Sorrows, qui d’ailleurs est sorti un an avant Slaughter of the Souls de At The Gates. Sur ces albums, Edge of Sanity joue un death metal suédois assez old school dans la forme (son cradingue, voix d’outre tombe, riffs death à la Dismember etc), bien plus d’ailleurs que Slaughter of the Soul ou the Jester Race qui tirent vraiment sur le heavy. Sur cette base Death, le groupe incorpore de très nombreuses mélodies, typées heavy metal mais pas seulement (j’y reviendrai), ce qui fait du groupe le chainon manquant entre Entomber/Dismember et At the Gates/In Flames (1e raison pour laquelle le groupe est important).

    La 2e raison, c’est que les mélodies du groupe ne sont pas forcément typées heavy metal. Certaines sont plutôt typées cold wave/rock gothique. Sur ces deux morceaux, c’est assez flagrant :
    https://www.youtube.com/watch?v=ltW7thLAioQ
    https://www.youtube.com/watch?v=yxCqY-vOzyw
    Une approche mélodique que n’ont ni In Flames ni At the Gates mais qu’on retrouve dans la 2e génération de groupes de death mélodique. Chez Sentenced ou Amorphis par exemple, ou sur le Projector de Dark Tranquility.

    Bon sinon, vous m’avez filé un doute concernant le Accept qui m’est un peu tombé des oreilles. Je me suis un peu emmerdé (alors que j’avais bien aimé Blind Rage). Un peu trop linéaire en fait. Faudra que je le retente, y a des trucs sympas sur la 2e moitié du disque il me semble.

    • metal bla•bla 20/09/2017 à 20:46 - Répondre

      R : salut, welcome back ! Merci pour les conseils on va écouter ça. Comme je le disais, je connais mal Swano de manière générale, une lacune pas encore comblée. Et effectivement y a du gothique là dedans.

  8. Grif 20/09/2017 à 19:48 - Répondre

    Très sympa comme MBB (bon comme d’hab quoi). Je trouve très intéressant votre point de vue sur le death metal qui est plus de la famille que le black. Ce que je trouve très discutable, surtout quand on voit des groupes de black/thrash à la Abigail ou Nifhleim qui sont totalement metal dans l’esprit et qui assume totalement le côté con du truc, ou encore Sigh dont le leader a sorti en interview avoir fait le groupe dans les 90s car il aimait le thrash des 80s. De même du côté du death, je trouve que toute la scène technical brutal death moderne est plutôt à part dans l’univers metal, ça se prend très souvent au sérieux et y’a un esprit assez différent (je veux dire, même cynic ou atheist sont pas comme ça).

    Après je met ici mon petit top 5 death perso, parce que pour une fois que je peux partager un top 5 (ouai le heavy/hard us, c’est pas mon truc du tout et le top thrash, bah… j’ai écouté l’émission assez tardivement).
    1. Death: bon voilà, c’est la base, le maître, le sans faute total. Symbolic est le meilleur album.
    2.Cattle Decapitation: j’adore la patte sonore du groupe, ils ont toujours des ambiances qui prennent aux tripes et Travis Ryan est juste un des chanteurs les plus incroyable que je connaisse.
    3. Mithras: un groupe qui a été pas mal influencé par Morbid Angel à ses début et qui a fait son propre style à base d’ambiance spatiale, de lead splendide en reverb et surtout avec une batterie absolument monstrueuse, Leon Macey est un batteur absolument formidable.
    4. Soilwork : bon bah voila, du mélodeath ultra catchy qui arrive toujours a trouver des riffs qui poutrent, des refrains bien accrocheur et un chanteur fabuleux.
    5. Insomnium: là encore du mélodeath de haut niveau, j’aime surtout le chant qui a son côté « doux » tout en étant caverneux.

    Pour ce qui est de la critique, j’ai pas grand chose a dire vu qu’en général, j’écoute l’avis de quelqu’un et si ça me plait pas, je l’oublie et si la personne aime pas mon avis, je fait tout pour m’en foutre.

    Ah oui petit retour sur un conseil d’auditeurs: Metalliquoi? en soit c’est plutôt pas mal, le seul problème que j’ai c’est que souvent, ça creuse pas assez le sujet traité ou alors ça passe un peu à côté en utilisant des exemple pas forcément pertinent (genre parler d’ensiferum qui pose un solo de banjo comme ça en yolo dans la vidéo sur les instruments insolite, mais quid de Panopticon qui utilise le banjo comme un instrument ponctuel dans sa musique et pas juste comme un petit délire).

    M’enfin voila, du coup j’ai hâte d’entendre votre prochain blabla (et ça va Canard, tu dois juste te taper Freedom Call de force, Remi va pas te forcer l’intégrale de Rhapsody :p), et si je peux glisser un film sympa qui est 100% dans le propos, matez Deathgasm (si ce n’est pas déjà fait).

    • metal bla•bla 20/09/2017 à 20:50 - Répondre

      R : salut et merci pour ton com’. J’avoue être intrigué par Cattle Decapitation que j’ai écouté récemment (quelques titres sur Youtube) via surtout une démo guitare. Ces mecs ont l’air intéressant mais c’est vraiment très (très très) brutal. Je garde le groupe en tête pour y revenir de temps en temps parce que ça me semble intéressant. Connais pas « Deathgasm ». Je vais essayer de le regarder avant le dossier 🙂

      • Grif 20/09/2017 à 21:25 - Répondre

        Franchement, Catle Decapitation, je suis surtout sur les trois derniers albums, les premiers sont beaucoup plus porté death/grind bien brutal tandis que les autres sont plus variés, mieux construits et propose des choses très intéressantes comme le chant « clair-plaintif » très particulier que Travis Ryan utilise pas mal ou des incursions vers le black metal.
        Pour Deathgasm, attends toi a une comédie d’horreur avec des metalleux.

        Et maintenant que j’y repense, je reprend canard qui a sorti « et il vont faire un biopic pourri » en parlant de Lemmy, le truc c’est que y’a déjà un documentaire sur Lemmy (nommé « Lemmy », je pense que vous le connaissez), du coup vu que ce dernier dit tout ce qu’il y a dire sur le Kilmister, je vois pas trop une maison de prod sortir l’idée d’un biopic.

        • metal bla•bla 20/09/2017 à 22:23 - Répondre

          R : Concernant « Lemmy » c’est ici que ça ce passe. Un docu destiné aux fans et un biopic destiné à un public plus large ça n’est pas incompatible. Et la particularité du docu c’est que Lemmy n’y dit rien justement.

  9. possopo 21/09/2017 à 21:06 - Répondre

    en écoutant REM dérouler son top Death Metal , je me suis dit que vous aviez oublié de préciser un truc : le Death Metal Mélodique n’est pas du Death Metal !
    pourquoi ?
    parce qu’à part le chant, il n’y a pas grand-chose de musicalement Death Metal chez In Flames et consorts.
    parce que sur le plan géographique, ces mêmes consorts n’ont rien à voir avec les différents berceaux du Death (Floride, Stockholm…).
    parce que l’imagerie des deux genres n’est pas la même.
    parce que l’auditoire n’est, à l’origine, pas vraiment le même non plus.

    l’argument le plus fort pour contester cette assertion consiste à dire que Cynic, Atheist, les derniers Death, certains Entombed sont musicalement aussi éloignés des débuts de Morbid Angel que The Jester Race. mais Cynic et Atheist viennent de Floride et ont croisé le fer avec Death tandis que Death et Entombed ont bien débuté en faisant du Death Metal pur jus.

    on peut évidemment contester la non-classification Death Metal du Death Metal technique mais il peut être intéressant de préciser qu’un bon paquet de gens sont d’accord pour dire que le Death Mélo est un genre à part, pas un sous-genre du Death.

    et c’est différent pour le Black Mélo, conspué mais généralement toujours considéré comme une branche du Black Metal. parce que l’imagerie, très certainement.

    et sinon, je crois que personne n’a dit que l’avis de REM sur le Black ne valait rien ou était illégitime parce qu’il n’aimait pas le genre. mais oui, le manque d’appétence envers un pan entier d’un domaine culturel crée une friction qu’on est bien obligé de noter.

    • metal bla•bla 21/09/2017 à 22:47 - Répondre

      R : Je ne vois pas pourquoi le black metal mélodique serait du black metal et le death metal mélodique pas du death pour des raisons (vaguement) géographiques. Cela reviendrait à dire que Metallica ne fait pas du thrash parce qu’il s’est établi à San-Francisco qui est plus loin de Los Angeles que Gotheborg ne l’est de Stockholl. Et je ne parle même pas d’Anthrax ou de Destruction qui font rien qu’à être méchamment pas dans la zone géographique légalement thrash.

      Je ne vois sur quoi tu te bases pour dire que les auditeurs d’At The Gates ne sont pas les mêmes que ceux d’Entombed.

      « Un bon paquet de gens s’accordent à dire »… Un bon paquet de gens ne distinguent pas US / FM glam et disent « hair metal ». Un bon paquet de gens s’accordent à ranger dans le power metal Freedom Call et Rage…
      Un bon paquet de gens 1- racontent n’importe quoi et 2- racontent des trucs qui les arrangent. Les « puristes » notamment s’accordent à dire que quand on s’éloigne d’un mètre de l’étalon, on n’est plus un sous genre. Europe c’est pas du hard, Slipknot c’est pas du metal et maintenant le death mélo c’est pas du death.
      Ok. Ces gens voudraient que la terre soit plate simplement parce qu’ils l’ont décidé. Et même quand on les fait monter dans un avion, ils continuent de pester que « oui mais en fait t’as tort, elle est plate ». Ces gens aiment à taper du pied et à devenir tout rouge. Ok.

      Donc dans l’avion death mélo on leur dira :
      – sous accordage
      – tempo rapide, alternance avec breaks très heavy
      – blast beats
      – growls
      – ambiance sombre
      – Megadeth c’est mélodique et c’est du thrash
      – bénédiction des acteurs du genre comme dans l’interview de Lindberg partagée par Mathieu dans la partie blog où le hurleur considère qu’il fait du death et qu’In Flames et consorts ne sont pas des suiveurs d’At The Gates mais des contemporains et des acteurs de la scène death générale.

      Une fois que tout ça sera posé, on leur passera un petit Dismember avant de les faire sauter de l’appareil avec un parachute en parpaings.

      • possopo 22/09/2017 à 07:57 - Répondre

        que cette classification soit juste ou non, qu’un paquet de gens soient des cons ou non n’était pas mon propos. mais comme Canard avait précisé et re-précisé le cas Sepultura, je me demandais pourquoi ne pas avoir évoqué ce problème de classification du Death Mélo.
        pour At The Gates, je dirais qu’on est à la limite vu que le groupe est quand même beaucoup plus agressif qu’In Flames ou Dark Tranquillity

        • metal bla•bla 22/09/2017 à 08:12 - Répondre

          R : je n’ai pas évoqué ce « problème » parce que ça n’en est pas un. 🙂 Cette notion n’a simplement aucun sens.

  10. Hoover 21/09/2017 à 21:44 - Répondre

    Salut,

    Toujours aussi agréable cette émission, sans vouloir me répéter, et le dossier death était intéressant.

    Si je suis honnête la partie sur la critique ne m’a par contre pas emballé. Déjà à la base je n’apprécie pas trop ce genre de sujets où ça se regarde le nombril en théorisant. Sur le fond, ce qui m’intéresse dans une critique c’est surtout le point de vue subjectif donc quand j’entends qu’un simple « j’ai aimé » n’a rien d’intéressant, ben si justement si elle émane de quelqu’un qu’on juge pertinent. C’est souvent ce qui est derrière qui l’est moins, d’autant que les arguments prétendument objectifs sont souvent une manière de faire passer par la rhétorique ses goûts personnels. Personnellement je range Dio en seconde division par rapport à Lemmy ou Ozzy. Je déteste Iron Maiden. Je pense que Nirvana est un grand groupe et que Pearl Jam est un des pires groupes de pop de l’histoire. Je ne vois souvent pas ce qu’il y a d’objectif dans vos critiques. Dans un monde objectif on écouterait du classique, pas les Stooges ou Napalm death.

    Maintenant que j’ai fait mon grincheux, un grand merci pour avoir mis un coup de projecteur sur le dernier At The Gates, At war with reality. J’ai beaucoup de mal à comprendre l’accueil tiédasse qu’il a reçu à sa sortie. Le premier single n’était pas forcément un bon choix, un des rares morceaux un peu faibles de l’album, mais passé ça pfiou… Dans sa deuxième moitié les tubes imparables s’enchaînent jusqu’à ce The night eternal atypique pour le groupe et qui me prend autant aux tripes que certains classiques du black metal. J’ajouterais que Tomas Lindlberg est certainement mon hurleur de death préféré. J’espère vraiment que le nouvel album ne pâtira pas du départ d’Anders Björler.

    Pour Morbid Angel je suis entre deux et l’échange m’a intéressé. J’ai toujours eu du mal à accrocher à ce groupe, comme j’ai mis du temps à vraiment apprécier Slayer (le côté chaotique commun aux deux groupes), tout en étant réellement fasciné par certaines de leurs fulgurances (le solo de Chapel of ghouls par exemple).

    Pour ceux enfin qui aiment le mélange entre metal extrême et jazz, je recommande à ceux qui ne connaissent pas The painter’s palette d’Ephel Duath.

    https://www.youtube.com/watch?v=EX9cgbNMMEo

    Ciao et à une prochaine!

    Hoover

    • metal bla•bla 21/09/2017 à 22:24 - Répondre

      R : « Dio en seconde division ». Grrr ggnnn ffrrrr prrrr. Des bisous quand même.

      • Hoover 23/09/2017 à 15:07 - Répondre

        Ca heurte hein! 🙂

        Vous me donnez l’impression depuis le début de MBB de privilégier les voix metal classiques, et de devoir vous forcer pour tout ce qui est moins académique (chant hurlé, growl…). Personnellement c’est souvent l’inverse. Des voix comme celles de Dio, Dickinson ou Halford me sont inaudibles. Je les trouve tellement kitsch (c’est le mot que ça m’inspire) que ça me gâche la musique derrière. Je peux me forcer quand Dio chante pour Sabbath, étant toujours émerveillé par le jeu de Tony Iommi, mais je serais bien incapable d’écouter un Maiden avec Dickinson en entier.

        De ce point de vue ça m’a toujours étonné que vous affichiez depuis la première un intérêt pour le punk. Dans ma conception des choses l’authenticité du chant souvent propre au punk est l’antithèse du type de chant que j’évoque plus haut. Je ne sais pas si vous prévoyez de faire un jour un MBB sur le punk mais plus ça va et plus que me dit que ça serait extrêmement intéressant à entendre!

        • metal bla•bla 23/09/2017 à 15:22 - Répondre

          R : l’effort fait partie du parcours dans l’écoute du metal. Parce qu’intrinsèquement cette musique joue sur l’aspect repoussoir pour ne garder auprès d’elle que les initiés. Les « vétérans » ont tendance à oublier cela et à rester dans leur zone de confort. Ce n’est pas tout à fait mon cas et j’aime bien me confronter à tous les nouveaux courants (ou presque) du metal dans la mesure où je considère que c’est le même univers, cohérent, que j’aime voir les filiations, les ramifications etc. Tout en restant fidèles à ce qui correspond à la fois à mes goûts et à ce qui définit le metal : mélodie, riff, surenchère. Le passage à la voix criée est une étape (comme d’autres) qui demande d’acquérir un certain état d’esprit.
          Ton point de vue inverse concernant les voix est intéressant et probablment générationnel. S’il « heurte » quelque chose c’est ma conception « universelle » du metal. En gros, et pour simplifier, quand on est fan de metal on aime forcément Led Zep, AC/DC, Judas, Maiden, Metallica, In Flames, Immortal (pour suivre une vague chronologie de « durcissement » du mouvement et pour prendre des noms plutôt fédérateurs). Hors goût spécifique, et sans jugement aucun bien entendu, je ne trouve pas cohérent de délaisser une partie du truc. Un peu comme si un amateur de cuisine disait « moi, les légumes, je ne peux pas » alors même que le légume est factuellement central dans la cuisine et définit tellement de choses qu’il parait difficile d’aimer la cuisine sans lui.

          Et oui, nous consacrerons une émission a punk.

          • Hoover 23/09/2017 à 18:45

            Pour le caractère générationnel de mon point de vue, c’est bien possible. Je me suis mis au metal/hard rock/rock alternatif en 91, à une époque où quasiment tous les groupes à la mode avaient été influencés par le punk et ses dérivés (Nirvana, Guns N’ Roses, Metallica, Megadeth, Slayer…). Cette influence est clairement un facteur commun à beaucoup de ce que j’apprécie. Elle est en particulier très forte dans le black metal qui descend vu de moi plus de là que du heavy (Immortal n’étant pas la norme).

            Partir de là pour aller vers le heavy, clairement c’était un exercice difficile. Ca s’est bien fait pour les choses assez sêches (les premiers Sabbath, Motörhead ou AC/DC), mais dès que ça en fait des caisses y a pas moyen.

            Par contre dès que j’ai écouté les Stooges, Sex Pistols, Dead boys, Discharge je me suis instantanément senti chez moi.

            J’aurais certainement eu une perspective très différente si j’avais pris le train au début des années 80.

          • metal bla•bla 24/09/2017 à 01:36

            R : l’influence du punk sur le BM peut se retrouver dans l’approche garage et le côté cru des premiers groupes. Pour le reste on est musicalement plutôt dans le metal (Bathory, etc.) sans parler de l’imagerie, de la thématique.

  11. Pilgrimwen 22/09/2017 à 19:29 - Répondre

    Le schtroumpf grognon est-il toujours aussi académique dans ses propos ? ^.^ J’ai dû ré-écouter, sur-écouter la rubrique sur la critique afin de saisir correctement la teneur de ses propos…. O.o’

    J’ai actuellement un collègue de taf’ qui se comporte comme le coin-coin, càd qu’il s’exprime toujours de manière extrêmement chiadée tout en cherchant à comprendre tout et rien ^.^ Et pourtant, j’adore mon collègue de taf’ ! Y a un p’tit côté cynique chez le coin-coin, non ? ^.^

    Oh, au fait!, les végétariens/végétaliens proposent d’excellents plats! Je suis végétalien ^.^ Par contre, je suis malade dès que j’entends un foutu fanatique « végan » dégueuler ses discours à la con… Faire culpabiliser un omnivore sur sa manière de consommer, ce n’est guère pédagogique… >.< Beaucoup de ces hurluberlus oublient qu'ils ont été un temps omnivore ^.^

  12. Croquignol 23/09/2017 à 11:41 - Répondre

    Bon, je vais faire mon grincheux. Le « Symbolic » de Death et Sepultura, c’est du (très bon) thrash; Loudblast, s’il n’était pas français, personne n’en parlerait; Cynic et Atheist, c’est de la branlette prog’; et la sélection de Rem, c’est du Death mélodique, donc du Heavy avec un type qui grogne et quelques blast beat.

    Ah, ça va mieux! Prenez pas ça au sérieux, hein, c’est des restes d’adolescence et je vous adore.

    Sinon un top 5 death doit évidemment comporter un album de Death, mais 1 des 5 premiers, pour moi « Spiritual Healing ». Pour le death technique, je conseillerais plutôt le « Antithesis » d’Origin qui ajoute à sa musique un chaos mélancolique très appréciable. Pour un grain de folie brut le « None So Vile » de Cryptopsy. Pour le lien étroit entre l’apparition du grind et du death, le « Extreme Conditions Demand Extreme Responses » de Brutal Truth qui marie tellement bien les deux styles; enfin, du Carcass, parce que c’est un groupe fantastique qui n’a jamais sorti deux fois le même album. Pour ce top, ce sera selon moi leur 3e efforts « Necroticism-descanting The Insalubrious ».

    Merci à vous pour le partage et les découvertes.

    • metal bla•bla 23/09/2017 à 12:37 - Répondre

      R : en mode grincheux je serais plutôt de ton avis sur tes premières remarques. Et en mode normal, je renvoie à ma réponse à ce sujet à Possopo : soit on se place comme puriste / intégriste / idéologue, soit on se place d’un point de vue factuel et historique. Sauf exception, je suis plutôt sur cette ligne, donc death mélo = death, Cynic / Athist = death prog = death, etc. Connais pas Origin, on va jeter une oreille comme toujours.
      Et surtout bienvenue sur MBB !

  13. Morny 24/09/2017 à 15:20 - Répondre

    Bon podcast, mais j’ai quand même quelques remarques :

    – Concernant la chronologie Death/Black, je trouve que c’est un peu réducteur de dire que le Black a chassé le Death. Les deux genres naissent globalement en même temps, CELTIC FROST, c’est 1984, et il y avait HELLHAMMER avant, et SARCOFAGO, c’est 1985. Et les deux groupes sont considérés comme des groupes de proto-death ou de proto-black. Après, certains me diront que le BM commence vraiment à la vague norvégienne mais c’est réducteur, non ?

    – Bonne rétrospective sur le Death, mais j’ai trouvé dommage de délaisser les sous-genres (à part le death mélo). Merde le Death Tech (et le BDT, en passant), pour n’en citer qu’un, c’est quand même énormément de groupes de la scène Death. Mais bon, vu la réaction de REM sur CYNIC (oh sacrilège !), on va dire que c’était orienté.

    – J’ai trouvé l’argumentaire sur la critique un peu confus. C’est compliqué de parler de critères objectifs quand on parle de musique, ou d’art de manière générale. Et si je suis bien entendu d’accord sur le fond, c’est à dire le fait qu’une critique doit être étayée d’arguments travaillés et de références concrètes, je pense que tenter de définir un cadre objectif devient vite casse gueule. Si on considère la technique ou l’innovation, on ne devrait quasiment que prêcher pour le death à lunettes (qui au passage, est de loin le meilleur sous-genre) pour rester dans le death. Et pour définir un cadre objectif sans la technique (le critère académique) ou l’innovation (le critère historique), il ne reste pas grand chose. Du coup, un cadre du genre peut exister, mais il ne doit pas limiter le fait que le ressenti face à un album est généré avant tout par les expériences personnelles de l’auditeur.
    TL;DR : avoir un cadre, c’est bien, mais injecter de la subjectivité et du style dans ce cadre reste le plus important.

    – Pour ce qui est des cons du BM, le fait est que c’est un peu vrai, mais c’est que c’est surtout les cons qui gueulent le plus fort. Il suffit juste de voir le tollé qu’à provoqué LITURGY (qui demeure tout de même une vrai arnaque, mais c’est un autre débat, y a juste à voir le what’s in my bag du groupe) dans les sphères du BM. Disons qu’on a des cons prétentieux d’un peu de tous les côtés, et que les moins chiants, c’est encore ceux qui ne parlent pas. Et d’un autre côté, la majorité des groupes de BM n’est pas dans l’intellectualisation du mouvement, loin de là.

    – Pour votre numéro sur l’indus, ce serait cool si vous parliez des groupes qui découlent réellement de la mouvance industrielle/post-indus et pas ce qu’on nous a vendu comme étant de l’indus, genre MINISTRY et FEAR FACTORY. Je pense à ceux qui héritent vraiment de THROBBING GRISTLE et de SPK, des trucs comme TREPANERINGSRITUALEN ou SUTEKH HEXEN. Des groupes qui ont vraiment une philosophie de l’agression, et de la subversion.

    • metal bla•bla 24/09/2017 à 15:37 - Répondre

      R : le black est bien arrivé après. Ce qui est « proto », par définition, n’est pas. Et toute la vague black scandinave et originelle s’inspire du death et pense en jouer quand elle se lance.
      On ne parle jamais ou rarement des sous-genre parce qu’il faudrait consacrer l’émission à tout ça et ça n’a pas grand intérêt. Tout le monde trouvera toujours qu’on a oublié tel ou tel groupe. Mais finalement ce sont rarement des oublis, ce sont plutôt des des choix de « limiter » un sujet. Le but est de donner un cadre, (re)contextualiser un style, donner quelques noms majeurs pour ceux qui ne connaissant pas. Et nos tops persos peuvent donner des portes d’entrée aux gens qui ne sont pas des aficionados ou qui ont déjà testé les grands noms sans être convaincu (il suffit de lire les autres commentaires pour voir que cette approche fonctionne plutôt bien). C’est aussi l’occasion d’apporter éventuellement un regard différent sur un style (si on en a un évidemment).

      Je ne sais pas à quelle controverse tu fais référence concernant Liturgy. J’imagine que comme Wolves in the Throne Room, ils ne sont pas considérés comme des « vrais » ou que leur musique n’est pas du « vrai » BM parce qu’ils n’ont pas adopté le folklore ? Je ne connais pas bien le groupe, juste quelques titres ici et là et ça ne m’a pas intéressé alors que WITR si.

      Il est peu probable que nous allions aussi loin que tu le souhaites dans l’indus si un jour nous abordons le sujet puisque, comme on le dit dans l’émission, il n’y a que M. Canard qui a un peu suivi le truc sans en être non plus un spécialiste. A voir. Pour être tout à fait honnête, je ne connais aucun des noms que tu cites. Faudra que j’étudie le dossier un jour.

      Merci pour ton long commentaire et bienvenue sur MBB !

    • Mr Majestyk 25/09/2017 à 15:38 - Répondre

      Pour le coup des groupes THROBBING GRISTLE , SPK ou EINSTURZEINDE NEUBAUTEN et consorts n’ont rien avoir avec le Metal/hard Rock, il s’agit de groupes phares de la scène Indus; dont les racines seraient plus proches de la sphère post Punk ou du Kraut Rock. Le terme Rock Industriel ( diminutif :Indus )a été sorti une première fois pour qualifier les performances de TG en 79.

      FEAR FACTORY c’est du Metal-Indus. PRONG pourrait rentrer dans cette catégorie aussi. Ou le STRAPPING YOUNG LAD des débuts aussi (City…)

      • metal bla•bla 25/09/2017 à 15:45 - Répondre

        R : ah ben voilà, ton background noisy expérimental à tendance « what the fuck » éclaire notre lanterne ! 🙂

        • Mr Majestyk 25/09/2017 à 15:55 - Répondre

          Des remontées de vidange de mon époque industrielle 🙂

  14. Mhamdi Michaël 26/09/2017 à 22:03 - Répondre

    Salut à vous deux,

    Je viens de finir votre émission, j’ai trouvé votre dossier death metal très bien documenté, le plus abouti et étoffé à mes yeux de tous ceux que vous avez faits. Rem on sent que tu as bien préparé ton sujet… Perso je suis pas un spécialiste de death, j’ai découvert le style au début des années 90 avec Tiamat, Carcass, Deicide et autres Hypocrisy, en percevant ce style comme du thrash aggravé (je me rappelle de certains morceaux de Testament vers 88-89 qui évoquait déjà le style death dans le chant et les guitares). J’aime bien de temps en temps même si j’ai toujours eu du mal avec le chant hurlé. Pour moi Carcass reste un des meilleurs groupes du genre, pourquoi? Car à la différence de beaucoup d’autres, ils ont de bons guitaristes (Bill Steer et Michael Ammott) qui connaissent bien leurs instruments, produisent des rythmiques dé coiffantes mais avec une certaine finesse dans les harmonies? Et surtout ils savent soloer. Bref ca reste du death écoutable à la différence d’autres qui tendent plus à un rendu bruitiste, du yaourt…
    A un moment vous évoquez le black comme n’étant pas forcément une continuité du death. L’ayant vécu, j’ai toujours vu le black comme une évolution du death dans quelque chose d’encore plus extrême mais avec cette touche gothique à la King Diamond.
    Enfin, je phantasme un peu la dessus mais ferez-vous un jour un dossier classique et metal? Je pense que ca pourrait être intéressant. Vous pourriez évoquez le metal néoclassique malmsteenien, les dérivés metal symphonique, le hard instrumental qui a puisé chez Vivaldi, Bach et Paganini via Yngwie (avec des premiers balbutiements chez Uli Jon Roth, Michael Schenker, Randy Rhoads ou Ritchie Blackmore). Bref bonne continuation! Tonton Mick

    • metal bla•bla 26/09/2017 à 22:35 - Répondre

      R : Si tu aimes Carcass et si tu n’as pas déjà tenté « l’aventure », tu peux aller du côté de Arch Enemy où Ammot a encore plus de place pour s’exprimer et où la guitare (lead) est reine. Concernant le lien classique et metal, on n’ira pas trop sur ce terrain : trop casse-gueule et on se sent un peu léger sur le sujet. Mais c’est évidemment un bon sujet et il sera forcément évoqué au fil des émissions (il l’a déjà été). Et je te recommande vivement Exmortus bien entendu. A l’évidence, la voix te gênera mais le reste est « forcément » ta tasse de thé. Merci pour tes remarques.

  15. SEBB13 01/10/2017 à 13:05 - Répondre

    Salut les gars, encore une super émission. Et pourtant pas fan du tout de Death, je suis comme toi Heavy REM et vive In Flames !!

    Je vais tenter de me remettre au Death, en partant du Thrash/Death. Merci encore des conseils notamment le livre de canard, cela m’a donné envie d’y jeter un oeil.

    Bonne continuation et vivement la prochaine.

  16. Modrigue 02/10/2017 à 10:56 - Répondre

    Bonjour et merci pour cette émission encore une fois très intéressante,

    Je voulais juste mentionner une chaine youtube sympa de hard rock / metal si vous la connaissez pas : Enjoy the Noise. Présentation de groupes, chroniques d’albums… Qqs vidéos :

    https://www.youtube.com/watch?v=gsbHSGoHgks
    https://www.youtube.com/watch?v=HGWfPm02yic
    https://www.youtube.com/watch?v=_7yuhuE5ga4

    D’ailleurs, vu le choix des groupes, c’est à se demander s’ils n’écoutent pas MBB…

    • metal bla•bla 04/10/2017 à 07:34 - Répondre

      R : sympa. Je me passerais bien des machins scénarisés avec jeu d’acteurs et vannes cheap. Pour le reste c’est bien foutu et bien écrit.

  17. NOORS 02/10/2017 à 15:12 - Répondre

    J’ai bien aimé le commentaire de theshaman: »Le problème, c’est plutôt de faire une musique de cons qui se prend pour ce qu’elle n’est pas. Le discours des musiciens BM (pas tous cela dit) comme celui de nombreux fans du genre va avoir tendance à vendre le BM comme un truc plus « artistique », plus « profond », plus « intellectuel ». »
    Pour beaucoup de monde, Il faudra comprendre un jour à quel point la Pop, le Metal, le Prog etc.. sont des musiques pauvres. Même des virtuoses n’y changent rien. Car cela est intrinsèque au genre. Le Black Métal n’y échappe pas. Celui qui a étudié un peu la musique le sait.
    Quand l’essentiel ou presque est basé sur des accords à deux notes ou parfois trois, que les phrases musicales se répètent dans les couplets ou les refrains, les breaks, ou que des riffs apparaissent et se succèdent de multiples fois pendant des minutes entières… Ce n’est pas exhaustif. A quand un morceau en rythme ternaire? Je vois une intro de TOURNIQUET. Il doit bien y en avoir d’autres. Mais ça ne court pas les rues.
    Pour la mélodie, le spectre des harmonies, et la composition même, bien des genres nous mettent à la ramasse très vite.
    La technicité intrinsèque qui pourrait démarquer le Metal parfois est la vitesse d’exécution. Et d’ailleurs beaucoup d’amateurs du genre sauvent jouer très vite mais ne sont pas de bons musiciens (au sens où ils sont loin de connaître toute la théorie de l’instrument qu’ils pratiquent et sont encore moins capables de l’appliquer).

    Et surtout, c’est là l’essentiel de mon propos, on s’en fout complètement! Car la primeur est, dans le cas du Metal, à la violence, la rugosité, la puissance, la tabassage en règle! La spontanéité violente, directe et entrainante en somme.
    Sinon nous écouterions autre chose. Quand ce n’est pas aussi le cas.

    Alors penser le Metal au profit d’une démonstration intellectuelle… Franchement.
    Quand je vais voir Testament, Accept, ou Slayer, c’est pas vraiment la question que je me pose.

  18. Doc Unco 04/10/2017 à 10:34 - Répondre

    Hey !

    GG à vous pour l’émission.

    Tite question : il m’arrive fréquemment de vouloir écouter les albums de vos tops mais c’est archi-chiant de devoir retrouver le passage en question et le réécouter. Est-ce qu’il serait possible de faire une playlist avec vos tops ? Une chacun ? Ou juste le top d’indiquer dans le descriptif de l’émission, avec une balise « Spoil » pour cacher le top et ne pas se gâcher le plasir ?

    Des bisous.

    • metal bla•bla 04/10/2017 à 10:59 - Répondre

      R : figure toi que nous avons eu la même idée et qu’une rubrique « Top 10 » est en cours de réalisation. On y regroupera nos tops respectifs en « version longue » (Top 10 au lieu des Top 5) puisqu’on écarte souvent quelques disques dans un grand déchirement cardiaque. Bref, ça devrait être en ligne sous peu. La valeur du « sous peu » est indexée sur le temps de réaction d’un être palmé qui vit dans une sorte de fuseau horaire assez personnel. Mais la partie plantigrade de l’équipe le tanne pour qu’il rende sa copie rapidement 🙂 Merci à toi pour ta suggestion et ta fidélité.

  19. CLEM du Chili 05/10/2017 à 13:32 - Répondre

    Salut !

    Toujours fidèle. J’ai particulièrement apprécié la dernière émission, sans être pourtant grand fan de Death. Mais les échanges sont toujours très fouillés, étudiés, intéressants et passionnés !

    Petite remarque : vous envisagez de repousser les enregistrements afin de pouvoir répondre aux différentes questions posées dans l’émission. A mon avis mauvaise idée. Je trouve bien d’avoir une certaine régularité dans les émissions et pas trop de temps entre chaque (parce qu’on attend avec impatience la nouvelle émission…). Et puis vous répondez aux questions dans les commentaires internet, et ceux qui sont intéressés vont lire directement sur le site.

    Autre sujet qui pourrait être abordé :

    C’est l’écoute et vos commentaires sur le dernier Accept qui m’amènent à cette réflexion : les critiques, les chroniques, les notes, et… influencent-elles les perceptions générales sur un album par la majorité de la communauté ?
    J’ai écouté le dernier Accept avant de lire certaines critiques sur le net. SI je peux, je préfère dans cet ordre afin justement de ne pas être influencé, injustement. J’ai bien aimé le dernier Accept (sans pour autant mettre un 5/5, mais je l’ai écouté souvent, et avec plaisir). Et puis je tombe sur la chronique et les commentaires sur Forces Parallèles. Et surprise, il se fait descendre, et bien !
    Aurais-je écouté l’album après lu les critiques ? Aurais-je écouté en entier ?
    Je pense être assez insensible à ce que je lis dans le sens où cela m’intéresse de voir ce que les autres pensent d’un disque ou d’un autre, mais je n’ai aucune honte à aimer un album détesté, ou à détester un album ovationné.
    On peut parfois passé du coup peut-être à côté de perles personnelles. Exemple : mon titre préféré de Maiden est Infinite Dreams, et personne n’en parle jamais.
    Les ventes, les avis influencent-ils le succès ? à tort parfois ?

    • metal bla•bla 05/10/2017 à 14:40 - Répondre

      R : oui, les avis généraux de « communauté » peuvent influencer. Je me souviens avoir été contaminé par l’enthousiasme général de forums au sujet de Blind Guardian (époque Nightfall in Midlle Earth), qui semblait être un groupe référentiel pour beaucoup, alors même que je ne l’avais jamais remarqué ni rien lu de particulier à leur sujet auparavant. Au final, j’ai reconsidéré le groupe quelques années plus tard pour les replacer en D2 et éliminer la plupart de leurs albums de ma discothèque. Ça fonctionne aussi dans l’autre sens.
      Un autre phénomène « intéressant » c’est l’idée de garder « l’envie d’avoir envie », surtout en vieillissant (ou en ayant accumulé beaucoup d’écoute). Face à la quantité de nouveautés, l’offre pléthorique globale et surtout la tendance au mimétisme de tous les groupes, on peut décider de se replier sur « ses » artistes et réécouter en boucle ses vieux machins en considérant que tout est DLM. Mais on peut aussi « lutter » contre ça en étant véritablement actif dans ses découvertes et en ayant « l’envie d’aimer » des disques. Si tu abordes l’Accept en te disant « ils ne feront jamais aussi bien que x » (x étant le titre de ton album préféré du groupe), le nouvel album ne te convaincra jamais. Par contre, si tu l’abordes en te disant, le groupe a forcément déjà tout dit, mais peut encore sortir de bons morceaux, tu peux trouver le dernier album plus que correct (alors même que les 2 précédents me paraissent bien plus faibles). Sans cette tournure d’esprit, il est assez difficile de juger autrement que « merdique » des albums de groupes établis qui continuent à faire de bonnes choses, sans évidemment te procurer autant de plaisir qu’au moment où tu les découvrais.
      Une question à développer dans une prochaine FAQ 🙂
      Et « Infinite dreams » est une super chanson.

  20. Kommander 09/10/2017 à 17:50 - Répondre

    Hello !

    Un que je ne devais pas laisser filer puisque je suis proche de me faire un bon top 5 Death.

    Alors, personnellement, c’est un album Death qui a fait partie des premiers émois Metal. Il s’agit de « Heartwork » de CARCASS. Clinique, son sec et plus brut que l’uniforme prod de l’usine Morrisound, etc. Combien de fois ai-je fait tourner des morceaux comme Buried Dreams ou No Love Lost ? Tout plein de souvenirs puisque c’était un des premiers CDs que j’ai achetés.

    Et depuis ? Plein de choses ont changé et d’autres non. En fait, je suis redevenu le fan que j’étais car la lubie habituelle du toujours plus est passée. SURTOUT dans le Death. Au départ, on veut chercher les plus brutaux (CANNIBAL CORPSE, DEICIDE, DEATH, SUFFOCATION, etc). Mais heureusement pour moi, j’ai commencé par DEATH, CARCASS et MORBID ANGEL. En fait, la fameuse théorie sur la surenchère bruitiste tient bien la route. Perso, j’estime même que le Metal plus généralement a perdu la Loudness War avant même de commencer. Si on pouvait avoir ça : https://www.youtube.com/watch?v=-rmtJ6-EY1E ou encore https://youtu.be/P05qji8TNuY ben désolé mais il y avait ça : https://youtu.be/AFp73sqwNfU donc…
    Bref, même après NAPALM DEATH, IMMOLATION, DYING FETUS, ORIGIN et autres, j’ai compris que le Death Metal devait rester fidèle à son appellation : la mort, le sordide, les tempos pas trop rapides. Et puis surtout se débarrasser de l’étiquette Brutal Death qui n’est qu’un pléonasme. Depuis quand ce n’est pas brutal ça : https://youtu.be/MCIKpNEVuLM ?

    Bref, je pense avoir déjà un top. Le voici :

    1° : MORBID ANGEL – « Altars of Madness » (1989).

    Presque le mètre étalon. Dix brûlots prouvant la volonté d’Azagthoth de proposer le meilleur. Après avoir refusé de laisser « Abominations of Desolation » il en reprend le quart du contenu, le retape puis balance le reste. Et ça déboule par un des meilleurs débuts d’album de tout le Metal. Si si, avec « The Headless Children », « Powerslave », « Reing in Blood » ou encore « Rust in Peace ». Immortal Rites ou comment on faisait un Death brut, agressif, vicieux, malfaisant. Comme avec « Maze of Torments » ou encore « Blasphemy ». Incontournable.

    2° : ENTOMBED – « Wolverine Blues » (1993).

    LE groupe qui a su avec DEATH ou encore CARCASS d’éviter le piège du son uniforme avec le Sunlight Studio. Il suffisait de rajouter un peu de penta, de rock’nroll et le tour est joué. On parlait des fois de Death N’ Roll. A voir. Pour le reste, que des enchainements de riff dans la tronche. La voix, il faut s’y faire un peu, mais pour le coup, on a presque du Death qui atteint un point de rupture. Sur « Eyemaster », « Rotten Soil », « Full of Hell » et « Hollowman », pas de platitude ou de tout à fond. Basse plus en avant et plus de variations au niveau de la rythmique. Mortel.

    3° : AUTOPSY – « Severed Survival » (1989).

    Un des groupes les plus raccord avec la notion de Death Metal. Suffit juste d’écouter comme ça rampe : https://youtu.be/QWODQ0fCEwo et la basse aussi est plus présente.

    4° : IMMOLATION – « Here in After » (1996).

    Un cas particulier. Le premier album a été présenté comme un choc à sa sortie : son différent des productions habituelles, parvient à faire la jonction entre les plus bourrins et les plus techniques et ne brutalité de tous les instants. Franchement, à part Into Everlasting Fire, pas grand chose. Quant au contexte, il faisait défaut avec des albums comme « Human » ou « Consuming Impulse ». La vraie révélation viendra avec Here in After, plus marqué, plus clair dans le son de la guitare et surtout parvenant à un niveau technique significatif. Le contexte, lui, rehausse enfin le coup : en 1996, l’heure est au Metal Fusion, Neo et Black. Le Death est devenu banal. Si certains s’enfoncent (OBITUARY, DEICIDE, GRAVE), d’autres ont changé de discours (LOUDBLAST, ENTOMBED, DEATH). IMMOLATION offre de putains de titres marqué Death et le prouvera encore en 2000 avec leur meilleure sortie : « Close to a World Below ».

    4.5° : CATACOMB – In the Maze of Kadath (1993).

    Un E.P intercalé parce que. PARCE QUE. Et c’est français. Après, objectivement, faudrait citer « Sublime Dementia » ou « The Cube » mais j’ai préféré ce petit EP dans la lignée de DEATH et surtout NOCTURNUS dans des petites nappes de clavier qui faisaient pas trop « tut-tut ». Démonstration : https://www.youtube.com/watch?v=ro6wTFFWj4Q

    5° : PUNGENT STENCH – Been Caught Buttering (1991).

    Si je devais choisir, dans le domaine du morbide, du lourd, du pesant et autres, entre « Symphonies of Sickness » et cet album, ce serait cet album. PUNGENT STENCH arrive à un tel niveau de malsain, de décalé-bizarre à faire se poser des questions à CANNIBAL CORPSE. Des morceaux comme « Happy Re-birthday », « Only Hunger Remains » ou « Games of Humiliation » (voyez la couleur) feraient presque penser à un mélange entre le Death et le Doom le plus poisseux passé à la vitesse d’un… 17 tours ? Basse subtilement présente et guitare si… coupante et lourde à la fois. Ce n’est pas baveux ou gras mais… enfin, un extrait devrait suffire : https://www.youtube.com/watch?v=OeCLN8WQmTg

    Ensuite, j’aimerais aborder du « Y a pas que le Metal dans la vie. »

    ATTENTION ZONE DE SPOILER !!!!! SI VOUS N’AVEZ PAS VU LE FILM EN QUESTION, FAITES DEMI-TOUR !!!

    Cette semaine est sorti Blade Runner II (oui il s’appelle « Blade Runner 2049 » mais c’est une suite alors crotte) et j’ai revu le premier (1982). Je l’avais vu il y a très longtemps et en tout cas, ces décors sombres, immenses, rendus plus vivants par les petits jeux de lumière (les néons discrets, les projecteurs) étaient dans mon souvenir ainsi que la confrontation finale. Le reste, j’ai du le rattraper.
    Et par moments, il y a des moments assez limite au niveau scénario. Par exemple, les Réplicants sont assez mal exploités : dès les deux ou au mieux trois première scènes ont établit tout de suite de quoi il y retourne. Le reste de l’enquête se déroule, mais ne sert pas à grand chose. Quant à les présenter comme des androïdes, à partir du moment que rien n’est montré dans ce sens au bout d’un moment, le questionnement ne se pose pas vraiment. C’est des êtres organiques à qui ont implante des souvenirs et si on s’y prend mal, ils ne réagissent pas bien et ont même tendance à partir dans le rouge.
    Ensuite, quand au débat sur la nature de Deckard, aucune réponse concrète ne peut venir. Pour ma part, la réponse est Non. D’un côté oui, il y a la scène de la Licorne, mais étant donné qu’il existe un gros flou sur la provenance (il s’agirait de rushes de Legend) et que les origamis n’ont pas de rapport avec les situations que le Blade Runner croise. Quant à Ridley Scott, sa parole ne peut aucunement faire preuve d’autorité. Déjà, ça va à l’encontre de ce pourquoi le film a été conçu : pour laisser le spectateur faire son interprétation et profiter du reste. un côté ambigu, quoi. Et en plus, lui-même étant mauvais en traitement des concepts de Science Fiction (pour Alien, il ne voulait pas l’aspect colonie d’insecte pour les Xénomorphes mais des pouvoirs digne de série Z)… Et ça n’aurait pas de sens parce que si c’était un Réplicant différent des Nexus VI, il n’aurait même pas été choisi vu que le but d’un Blade Runner est de traquer et d’éliminer les Réplicants retors.

    Bref, à revoir pour les éventuels symboliques mais il y a des moments, j’ai eu du mal. Le second film se verra dans la foulée. Sinon, à plus.

    K.

    • metal bla•bla 10/10/2017 à 22:22 - Répondre

      R : J’ai pas lu le spoiler. Et je n’irai pas voir le film non plus. Les films numérotés, CDLM (exception : Mad Max 2). Merci pour tes précisions death. Je n’avais jamais entendu parler de Catabom. L’illustration de la pochette était celle du livret de règle de la première édition du jeu « Call of Chtulhu ». Je suis étonné qu’ils aient eu les moyens de se payer ça.

  21. Gédéon Molle 15/10/2017 à 12:41 - Répondre

    Hello,

    Globalement merci pour le podcast que j’écoute chaque mois.
    Et particulièrement pour cette émission avec la découverte Exmortus.

    Bonne continuation !

    • metal bla•bla 15/10/2017 à 20:17 - Répondre

      R : Welcome, Exmortus RLZ !

  22. Kamil 20/10/2017 à 21:05 - Répondre

    Une petite vidéo qui pourrait intéresser Monsieur Canard …

    https://www.youtube.com/watch?v=dMqLZctv0zs

    merci pour les podcasts les gars

    • metal bla•bla 21/10/2017 à 16:56 - Répondre

      R : de rien, on est là pour ça 🙂