podcast metal bla•bla #006

Share

Sommaire du podcast #006
Émission radio enregistrée le 14/04/2017 • 3h19

FAQ • T’écoutes quoi en ce moment ? (17’20) • Blabla news (36’30) • Top 5 Guitaristes (44’14) • Kiss Kiss Blabla : Monster philosophy de D.A.D (1h59) • Dossier : Pour qui vote le metal ? (2h08) • Y a pas que le metal dans la vie (2h53) • Sommaire metal bla•bla #007 (3h15)

Errata : M. REM en grande forme avec oubliage du titre du dernier album d’Havok – Conformicide en l’occurrence, fourchage de langue sur le prénom d’Akira Takasaki et touchage de fils au sujet de Fender qui est une marque américaine (Marshall étant l’anglais de service). On va le remettre dans le formol. M. Canard a lui aussi un peu confusionné au sujet de Skyclad puisque c’est toujours Kevin Ridley qui chante sur le nouveau disque, comme sur les deux précédents.


Retrouvez la playlist de l’émission sur Deezer


Références albums (pas dispos dans la playlist Deezer)

> Yngwie Malmsteen’s Rising Force • Marching out« Disciple of hell »
> Loudness • Disillusion« Exploder / Dream fantasy »


Références diverses
> Hotline Miami • Dennaton Games / Devolver Digital
> Michel Onfray
> The walking dead


Archives Inoxydable
> Loudness • Discographie sélective
> Malmsteen, Yngwie • Discographie sélective
> Satriani, Joe • Surfing with the alien
> Van Halen • 1984


Les chroniques de Monsieur Canard
> D.A.DMonster philosophy
> John 5 • The devil knows my name
> Mastodon • Leviathan
> Mastodon • Once more ’round the sun
> Moore, Gary  • Victims of the future
>
SkycladPrince of the poverty line

25 pensées sur “podcast metal bla•bla #006”

  1. Oh chouette, l’émission a duré juste le temps de mon trajet en train!
    Je viens de finir l’écoute du nouveau Mastodon, de prime abord il m’a l’air quand même moins accessible, plus « opaque » je dirais, que Once More… (pour un public habitué j’entends), mais ça m’a l’air bon tout ça!

    Petite réflexion sur le fait qu’il n’y ait pas de grand guitariste récent: c’est peut être assez fataliste, mais est-ce que ça ne serait pas simplement dû au fait que tout a déjà été fait en quelque sorte? Qu’on aurait fait le tour de l’instrument quoi… Je pense que les grands guitaristes ont un peu tous apporté leurs innovations par de nouvelles techniques de jeu, de manière d’appréhender l’instrument, etc. Et finalement, les guitaristes « remarquables » les plus récents sont plus des synthèses de toutes ces techniques et innovations passées, perfectionnées et utilisées ensemble (en tête j’ai Synyster Gâtés de chez Avenged Sevenfold mais je pense qu’on peut en trouver d’autres), mais peu de réelles nouveautés dans tout ça. Et vu que la technologie fait qu’un guitariste ne peut plus vraiment se démarquer par son son, est-ce qu’on peut pas dire sans trop se mouiller qu’à moins de découvrir de nouvelles techniques de jeu (mais ça me semble peu probable), on pourrait bien ne plus voir naître de grand guitariste..?
    (attention, l’abus de conditionnel pourraot être mauvais pour la santé)

    Sinon, très bonne émission!

    1. M. REM : merci à toi. Effectivement la guitare électrique semble être arrivée à « maturité » tant au niveau matériel que du jeu, comme d’autres instruments plus anciens (le violon, le piano…). Donc il est compréhensible de ne plus assister à de révolution dans le domaine. Concernant les « guitaristes de synthèse » mon chouchou est Viktor Smolski (je ne fais que le citer dans l’émission, pas eu le temps de développer M. Canard me faisait les gros yeux), connu pour sa participation à Rage (album conseillé : Unity ou Soundchaser) et qui mélange un jeu très fourni et pyrotechnique à la Van Halen, des riffs « modernes », l’utilisation de modes et de techniques proches de celles de Satch et quelques incursions néo-classiques. En outre le gars étant un musicien assez complet il sait composer des arrangements orchestraux. Bref, une figure à mon sens. Malheureusement je n’ai pas trop accroché à son dernier projet, Almanac, mais je vais mettre ça sur le compte de ma lassitude du « power metal » / metal sympho à consonance teutone.
      Illustrations au sein de Rage
      – le côté US / Van Halen : https://youtu.be/AkQE6vce1J4
      – la modernité (Vai, harmonies, influence metal prog) : https://youtu.be/iJmI3UVbV6I
      – le néo-classique (Randy Rhoads es-tu là ?) : https://youtu.be/nbAOSZGWLyk

  2. Salut les hardos. Super émission, j’ai adoré la partie sur la guitare avec tes descriptions précises sur les différents styles. J’adore cet instrument et les différentes techniques de jeu. Je suis aussi content que tu reparle de Eclipse, groupe que je t’avais cité dans un précédent commentaire. Par contre ils sont super depuis leur troisième album. Leur dernier est très bien mais le troisième (Are You Ready to Rock) et quatrième (Bleed & Scream) sont meilleurs je trouve.
    Un excellent guitariste que vous n’avez pas cité : Dimebag Darrell (Pantera). Ecoutez la chanson « We’ll Meet Again » et son solo à pleurer.
    Enfin, un autre groupe de Hard rock atypique avec des sons de guitare « bizarre » : Freak Kitchen. Groupe super déjanté avec des riffs couillus, des solos dérangés, etc… Jetez une oreille sur les deux premiers disques (Appetizer et Spanking Hour).
    Voila, bonne continuation et vivement la prochaine émission.

    1. M. REM : on ne pouvait pas citer tout le monde malheureusement. Je pense à Ron Thal aussi dans la catégorie des frappadingues. C’est vrai que Mattias Eklundh est un excellent guitariste… plein d’humour.

  3. Bonjour messieurs,
    Juste pour rebondir sur ce que disait Mr CANARD au sujet d’une vidéo des deux gratteux de SLAYER live. Je me permet de poster celle-ci, pour moi la plus représentative du Thrash Slayerien (King avait encore ses clous de 10 cm et ses cheveux). Si Mr CANARD ne la connait pas déjà.

    D’ailleurs question: quelqu’un sait s’il existe une vidéo (officielle ou non) de ce concert (Live in studio 54, NYC. 1985)?
    https://www.youtube.com/watch?v=F29aFb0CuyU&list=PLjxZ88Wc5qjnp_o3h8CcNp5aEFNDvITPX&index=1

    Ps: la prédominance de Mr CANARD sur cette émission est tellement puissante que le volume de Mr REM en a pris un coup (trop loin du micro?).

    1. M. REM : A priori c’est le contraire côté micro. Mais il y a de grosses différences selon les supports.

  4. Bonsoir les gars,
    je vous ai écouté en pointillé dans ma bagnole durant toute la journée. J’ai bien aimé vos sujets #6 et adoré la partie top guitaristes, avec à la fois la vision technique de REM et la touche émotionnelle de Canard. Je vais surement réécouter la partie de REM, très riche en infos et essayer de retenir l’essentiel ; merci REM.
    Par ailleurs, je voudrais ajouter ma pierre à votre liste de guitaristes. Des guitaristes à rajouter à vos listes d’ incontournables 1er de la classe. Ils sont certes moins connus, n’ont pas révolutionné le genre, mais ne me laisse jamais indifférent et, « les plus jeunes » qui vous écoutent, doivent aussi connaître ces noms (c’est même obligatoire) :

    – Dimebag Darrel : https://www.youtube.com/watch?v=Kb-m4txIHh8
    – Rory Gallagher : https://www.youtube.com/watch?v=c5Hsu-A-WYM
    – Uli Jon Roth : https://www.youtube.com/watch?v=5e5072S-hBg
    – Jerry Cantrell : https://www.youtube.com/watch?v=eipuJPgHFZk
    – Alex Skolnick : https://www.youtube.com/watch?v=R5e3xe7KXGg
    – Criss Oliva : https://www.youtube.com/watch?v=LGroBvuSXvc
    – Nuno Bettencourt : https://www.youtube.com/watch?v=9oHDpw4aTtc
    – … liste non exhaustive et non classée… pour une découverte d’univers très différents… (J’ai pas osé mettre Petrucci 😉)

    Je voudrais finir par une belle claque prise pendant ces quelques jours de vacances. Grosse émotion devant ma TV et un DVD sorti il y a quelques années : Black Country Communion, Live in Europe !! Avec les chocolats taxés au gosses j’avoue avoir poussé des cris de bonheur. Joe Bonamassa, en voilà un autre surdoué non?.

    ps : Pour ce qui est du son, je trouve que ça peut être encore amélioré. Cette fois ci c’est le micro de REM qui manque de volume. Volume à fond dans la voiture et avec mes oreilles trop usées par les décibels, j’ai eu du mal…

    La bise

  5. Salut ! C’est la première fois que j’ai l’occasion de poster sur les commentaires du site donc j’en profite d’abord pour saluer l’investissement passionné que vous mettez dans cette émission. Vous êtes toujours très captivants et j’apprécie beaucoup les interventions « définition » d’Heavy Rem car permettant de prendre un peu de recul. Mais attention il faut laisser le Canard parler hein !

    Concernant la thématique des relations entre Metal et politique, c’est un sujet qui me préoccupe pas mal. Peut-être en raison d’un certain prestige dont bénéficie le NSBM au sein du Black Metal (Peste Noire est quand même considéré comme le porte-étendard du BM français) ou même des proximités traditionnelles entre le genre et le nationalisme d’extrême-droite. C’est assez gênant mais faut pas s’étonner que la célébration romantique de la nature, de l’identité et de la nation fantasmées aboutisse à de telles accointances politiques.

    Je vous rejoins dans votre conclusion: le Metal est essentiellement une affaire d’évasion plutôt que de confrontation avec le réel. Après, l’évocation du politique intervient dès les débuts du heavy. Je pense tout de suite à Black Sabbath qui dénonce les horreurs de la guerre dans « War Pigs » ou même la destruction de l’environnement dans « Electric Funeral ». Mais il est intéressant de voir que ces problèmes politiques sont apparentés à des puissances occultes et supernaturelles (« Satan, laughing, spreads his wings »/ »supernatural king takes earth under his wing ») et non comme conséquences du capitalisme. Si on peut lutter contre ce dernier par des grèves, des manifs, en faisant la révolution et que sais-je encore, comment faire face à un ennemi invincible comme Satan ? Donc il y a une sorte de fatalisme qui ressort des paroles de Black Sabbath qui écarte toute perspective de changement politique et social.

    Un fatalisme qui est d’ailleurs à remettre dans son contexte: au début des années 70 le rêve hippie est en déclin et il ne résonne pas vraiment chez les jeunes ouvriers anglais confrontés à la montée du chômage de masse et à la peur du déclassement. C’est toute une identité ouvrière qui se joue et c’est face à cette menace que cette identité est revendiquée avec fierté dans pas mal de groupes de heavy anglais (Motörhead, Saxon). Parce que tout de même, le Sab’, Judas Priest et la NWOBHM c’est surtout une affaire prolos. Les mecs des deux premiers groupes sont natifs de Birmingham, ville industrielle et ouvrière par excellence. Ils baignent donc dans un environnement socio-culturel spécifique qui a ses propres codes, références et problématiques.
    Ce qui m’amène aux liens entre structures musicales et message politique. A mon avis, et surtout quand ils s’agit de Metal, il n’est pas suffisant de s’arrêter aux paroles pour évoquer l’identité politique ou sociale d’un groupe. Parce que ce qui fait sens chez les hardos se trouve bien plus au niveau du son, des rythmiques et des riffs que des paroles. Perso je ne connais aucun hardos qui écoute du Metal en premier lieu pour les paroles, car ce n’est pas le propos. Le propos, ce à quoi peut s’identifie l’artiste et le fan, s’épanouit bien plus dans les structures musicales. Les mecs du Sab’ et de Judas l’ont avoué en interview, la manière dont ils jouent est en homologie avec l’environnement dans lequel ils ont grandi. La batterie mécanique au début d' »Iron Man », c’est le son assourdissant des pistons industriels qui résonnent contre la tête de lit du jeune Bill Ward. Sans parler de l’accident du travail d’Iommi qui a eu une influence directe sur sa manière de jouer et son son. Il est certain que Black Sabbath n’aurait pas sonné pareil si ses membres avaient été des paysans ou des bourgeois.

    Mais on ne peut pas pourtant affirmer que le heavy anglais est discursivement à gauche. Parce que si la puissance et l’agressivité des riffs font écho à une identité ouvrière, on peut y voir aussi une sorte de virilisme un peu macho qui « exclue » les femmes tant des artistes que du public (sans évoquer la présentation récurrente de la figure féminine comme démoniaque dans une quantité de groupes de heavy, comme chez Diamond Head ou Angel Witch, ou même Enforcer aujourd’hui). Et puis si on exclut le sentiment de liberté véhiculé par les solos de guitare, on tient là une musique ultra carrée, calculée et contrôlée, donc faisant écho à des valeurs d’ordre penchant plutôt à droite. On est loin du rock psyché.
    Donc pas facile de trancher sur le caractère politique du Metal à ses débuts, quand bien même il y en aurait un. Et puis le Metal étant une pratique culturelle, chacun peut interpréter à sa façon ce qu’il écoute et donc une peut avoir une pluralité d’investissements de sens comme vous l’avez suggéré. Et d’ailleurs Primordial je les prends un peu comme un groupe entretenant la mémoire de la lutte nationale irlandaise contre l’oppresseur anglais, ce qui me semble pas si facho que ça. Après il faudrait que je me penche davantage sur leurs paroles car je suis pas expert.
    Si ça peut en intéresser certains, je recommande vivement l’excellent livre « Power, Gender and Madness in Heavy Metal Music » de Robert Walser qui est un sociologue et musicologue américain. C’est une étude des années 1990 qui a le mérite de ne pas s’intéresser qu’aux discours portés par les paroles mais aussi par les structures musicales. C’est malheureusement dispo uniquement en anglais.

    Et allez pour finir voici mon TOP 5 guitaristes :
    1 – Glenn Tipton & KK Downing. Au sommet du Heavy.
    2 – Sergeï Mavrin et Vladimir Holstinin d’Aria (j’adore leur son et la mélodicité de leur jeu, qui a une coloration toute slave)
    3 – Tommy Vetterli de Coroner. Peut-être le meilleur guitariste du Thrash Metal.
    4 – Ritchie Blackmore
    5 – Ross The Boss, monsieur feeling

    Très dur d’en retenir que 5, tant je suis fan de Wolf Hoffmann ou des fulgurances de la pair Murray/Smith que j’aurais volontiers casés.

    Des bisoux et continuez comme ça !

    PS: Désolé pour la longueur du message !

    1. M. REM : t’as pas à être désolé, à émission longue, commentaire long. Merci d’apporter ta pierre à l’édifice.

  6. Salut à vous deux
    Je vais commencer par vous remercier et vous féliciter pour l’initiative de cette émission. C’est très bien foutu dans l’ensemble, assez audacieux, intéressant, original et intelligent. Continuez !

    Concernant ce MBB6, j’ai bien aimé la partie sur la guitare, j’ai beau en joué, comme j’ai jamais été hyper branché matos, j’ai quand même appris quelques petits trucs au passage. Bon, je vous mets quand même un petit carton pour l’agression inqualifiable envers Michael Romeo : certes, il a quasiment tout pompé à Yngwie au niveau de ses solos, mais il a eu le mérite de mettre son jeu au service d’un vrai groupe et pas de confondre sa guitare avec sa b…, et il démontre aussi un sens du riff que j’ai rarement entendu chez le suédois…

    Sinon, je salue l’effort mais je dois dire que j’ai été moins convaincu par le dossier sur la politique. Le clivage droite/gauche me semble perdre en pertinence et en clarté, et le rattachement de certaines « valeurs » à l’une ou à l’autre me semble très discutable. Pour ne donner qu’un exemple, mettre l’individualisme à droite peut se justifier sur le terrain économique, mais sur le plan sociétal, la célébration des particularismes des uns et des autres, la création de ses propres normes en rupture avec l’ordre moral, c’est clairement quelque chose qu’on situera à gauche. Je trouve qu’on a trop tendance à confondre la gauche d’inspiration libérale issue des Lumières à la gauche communiste de tradition marxiste, qui se sont retrouvées rassemblées par un contexte historique en opposition aux tenants de l’ordre ancien (monarchiques et religieux). Je ferme la parenthèse.
    Pour lancer d’autres pistes de réflexions, on pourrait opposer la tradition au progrès ( ex : ceux qui suivent une recette identique, la leur ou pas, contre les approches prog qui se font un devoir d’innover, notamment avec un « métissage » musical), la hiérarchie à l’égalité (les groupes à leader tyrannique vs groupes égalitaires, dans les prises de décision comme dans la répartition des gains), les pessimistes vs les optimistes… (Ceux qui regrettent la période bénie de l’avant numérique contre ceux qui voient les bienfaits des opportunités que ça procure ; ceux qui sacralisent la propriété intellectuelle vs les autres…)

    Ah, et pour finir, je « plussoie » aussi pour la qualité du nouveau Mastodon, qui est le truc que j’écoute le plus en ce moment avec le Ayreon à venir.

    J’attends impatiemment le 7.

    1. M. REM : plussoiyons ensemble dans la paix universelle et l’harmonie cosmique. Merci pour ton point de vue. Le débat gauche / droite continue d’occuper le centre des discussions et effectivement, tout le monde ne met pas la même chose dans ces notions. D’où la nécessité du débat.

  7. Salut les copains.
    C’est moi l’heureux gagnant de la galette Zeal & Ardor. Alors ouais j’ai répondu vite au concours, pas que je n’ai pas grand chose à foutre de ma journée (quoique…), mais bon comme la question était posée directement sur le site et que j’étais sûr de la réponse de 2 questions sur 3 (lecteur de PGC et auditeur attentif de MBB, c’était pas bien compliqué), le temps de réécouter le top 5 de MBB2 et c’était plié.
    Concernant Zeal&Ardor, ben non je ne l’ai pas encore revendu sur ebay. C’est un album intéressant, très varié au niveau style. Une petite déception au niveau de la longueur de l’album (c’est un poil court), et j’attendais quelque chose de plus black metal quand même (il y a 2-3 morceaux avec ambiance type BM, mais c’est du BM light). Après pour des non « blackeux » effectivement ça peut faire black metal.
    Je ne suis pas un fan inconditionnel de BM. J’aime bien les groupes BM mais avec une coloration folk ou pagan, mais je n’en écoute pas tant que ça, et en ce moment je suis plutôt sur du Thin Lizzy (on est loin de Marduk…), merci au MBB3. Cela dit j’attends le top albums BM du MBB7. Curieux de connaître le top 5 BM de M. REM et de Canard.
    Je tente mon top 5 BM perso (les blackeux vont hurler, mais je m’en tape) : 1. Windir (Arntor), 2. Moonsorrow (Kivenkantaja), 3. Ensiferum (Ensiferum), 4. Summoning (Old mornings dawn), 5. Equilibrium (Sagas)
    Sinon, pour finir, je “plussoie” à mort sur Akira Takasaki, notamment sur Thunder in the East. Un de mes premiers albums metal (sans déconner).

    1. M. REM : merci de ton retour sur le Zeal & Ardor. Effectivement on peut considérer le groupe comme du black light ou du black mélodique, ce qui le rend « écoutable » par plein de gens différents. Rendez-vous est pris pour nos Top BM !

      1. Ouais, pour moi perso c’est du BM light (attention ce n’est pas une critique !).
        Si tu veux du BM mélodique t’en as à foison dans mon top 5. Ecoute (ou réécoute) la 4e piste d’Arntor (j’ai pas le courage de mettre le nom à rallonge de la piste en patois norvégien…), c’est mélodique et beau à en chialer. Et c’est du bon black des familles, fait main roulé sous les aisselles. Et encensé même par des webzines spécialisés dans le BM (postchrist par exemple). Pas un gage de qualité, mais c’est un groupe pris au sérieux par la « sphère » BM (mais malheureusement plus en activité depuis 2004 de mémoire, suite à la mort de Valfar, snif).

  8. Bonjour et merci pour cette nouvelle émission,

    Ayant pratiqué un peu la guitare, j’ai moi aussi bien aimé la partie sur le matériel et les gammes… Mais j’ai aussi écouté le MBBs #5, du coup une question me taraude (et je ne pense pas être le seul à me la poser) : vous dites qu’avec Internet, l’apprentissage de guitare s’est démocratisée à la puissance 10, au point que les jeunes d’aujourd’hui sont 400 fois plus balèzes que leurs aînés.

    Sont-ils également meilleurs techniquement que les top-guitaristes novateurs et emblématiques mentionnés dans ce MBB #6 et dans les commentaires ci-dessus ?

    PS: Si vous abordez les guitaristes, vous ne pouvez pas faire l’économie de ce sujet controversé : un avis sur les shredders (genre Michael Angelo Batio et Patrick Rondat) ? Tous des br*****rs de manche post-Malmsteen à ranger dans la même case que Michael Roméo ? 😉

    1. M. REM : de mon point de vue, et même s’il est toujours un peu ridicule de comparer / chiffrer des musiciens, les grands guitaristes cités sont soit dépassés soit au mieux au même niveau que les nouveaux. Toute l’école de guitare des années 80, de gens aussi remarquables que Michaël Shenker, Adrian Smith, Tipton Downing etc. est dépassée par la nouvelle génération qui joue dès son « arrivée » sur la scène à une vitesse supérieure et qui maîtrise déjà des techniques « avancées » (à l’époque) comme le sweeping, le tapping ou les allers-retours. Seuls les techniciens presque hors norme comme Satch ou Vai sont encore dans la course finalement. Suffit de regarder ce que peuvent sortir des gens chez Sonata Arctica, Slipknot, etc. (je tape large volontairement).
      J’ai abordé le sujet des shredders en évoquant la période Shrapnel Rec. / Mike Varney. Des gens comme Michael Angelo ou Rondat se rangent logiquement dans cette catégorie de très grands techniciens, au jeu d’une incroyable propreté et d’une très grande vélocité, mais qui n’ont malheureusement pas grand chose à dire. Je ne fais aucune différence entre Rondat et McAlpine par exemple.

  9. Mes hommages Messires,

    Si votre REMage se rapporte à votre plumage, vous êtes l’effet nique des hôtes de ces blogs.
    Mince les gars, visez un peu le teasing honteux pré-électoral. Moi, crédule, j’imaginais déjà savoir enfin pour qui voter en conformité avec mes convictions métalliques. Choux blanc, encore obligé de se coltiner l’intime conviction.
    En même temps, on est pas là pour s’infuser de la propagande, la seule mauvaise foi tolérée étant musicale. James Labrie, pardonne ces mécréants.
    Mais trêve de déconnage, car je tire solennellement mon chapeau à Mr REM pour sa prestation pédagogique impeccable au rayon six cordes. Mr Canard est d’ailleurs prié de lâcher Knut Hamsun afin de pouvoir tripoter le manche.
    Pratique vivement appréciée quand celui-ci est entre les mains des duettistes Denner/Shermann de qui vous savez.
    J’aurai également une pensée émue en rendant hommage au regretté Alvin Lee, sans oublier le cultissime Donald »Buck Dharma »Roeser, paske la technique époustouflante c’est bien, mais le feeling et l’émotion c’est mieux.

    Enfin, je pluss OÏ itou sur l’intervention du sieur Zardu qui conseille l’excellent groupe, pas vraiment metal, qu’est NEW MODEL ARMY. Je n’ai pas encore digéré le dernier « Winter » dont il parle, mais je conseille souvent en porte d’entrée à l’univers chatoyant de NMA le live « Raw melody men » qui dispense un parfait éventail des différentes facettes du groupe.

    Ear you soon on MBB seven.

    1. M. REM : merci pour tes remarques. J’ai zapouillé sur NMA sans pousser le truc pour le moment et ça semble pas mal du tout. La seule chose que j’en connaissais était la reprise qu’avait faite Sepultura à l’époque. Prions ensemble pour que M. Canard ne prenne jamais le manche… Rien que l’idée me glace le sang. Rdv au prochain blabla ! 🙂

  10. Salut !

    J’ai eu un peu « peur » quand vous avez annoncé vouloir parler politique. Justement ce qui me plait dans le monde métal, c’est que globalement, en concert par exemple, les gens sont là être ensemble, pour la musique, quel que soit leur milieu social ou leur origine.
    Et finalement, votre échange sur le sujet était très intéressant, et tout a fait dans la vérité et la réalité. Comme toujours, une vraie analyse, construite, intelligente et intéressante.

    Question : je suis NIME depuis plusieurs années, et je découvre M. REM avec ce podcast. Pourquoi ne pas intégrer tes chroniques dans NIME ? Si j’ai bien compris ton site n’existe plus ?

    On attend le numéro 7 avec impatience !
    Merci à vous deux !

    (une idée de sujet supplémentaire : le métal dans les BOF ?)

    1. M. REM : faut pas voir peur, faut nous faire confiance (au moins un peu 🙂 ). Inox n’est effectivement plus en ligne. Certaines archives sont déterrées ici-même. Rien ne sera jamais intégré à NIME parce que, par principe, je veux pouvoir « assumer » tout ce qui est dit / publié sur un site qui publierait également mes modestes productions. Et ce n’est évidemment pas le cas là bas.

  11. Mon guitariste préféré est sans conteste Mister Tony Iommi. Certainement pas le plus technique, mais un jeu reconnaissable entre mille et des solos qui me donnent toujours des frissons après des centaines d’écoutes. Et une preuve au passage que metal et influences blues ne sont pas incompatibles. 😉

    J’ai aussi du mal à ne pas citer le solo hallucinant de « Veteran of the psychic wars » de Blue Öyster Cult sur « Extraterrestrial live ».

    https://www.youtube.com/watch?v=7pFdkkjGiEs

    Merci en tous cas pour cette bien belle émission!

    1. Merci pour le lien Hoover. Je ne trouve aucun dvd du BÖC à cette date (81) à part le Black & Blue sur lequel ce titre est absent. Je trouve bizarre de trouver sur leTube un morceau d’aussi bonne qualité audio/video sans aucun support « officiel ». Si tu as des infos?..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *