Fastway – All fired up (1984)

Share

Éjecté de Motörhead, « Fast » Eddie Clarke ne tarde pas à rebondir en montant un projet avec Pete Way (ex-actuel-UFO, futur-actuel-Waysted… Ok c’est compliqué). Mais le bon Pete, sûrement noyé dans sa bibine ne donne pas vraiment suite et Clarke se retrouve seul au commande de Fastway. Un de ces groupes mineurs en terme d’audience mais dont la discographie de qualité devient un refuge pour tous les amateurs de rock solide, sans fioriture, loin des modes et des courants. Une époque où l’on ne se préoccupait pas des concepts, de toutes ces conneries d’orchestrations et de « voix claire / voix hurlée ». On chante, un point c’est tout.

Allumer le feeeuuuuu
T’as une dizaine de bonnes chansons ? Fais un album putain. Et fous le feu. Finalement les disques importants ne sont pas forcément les chefs d’œuvre du siècle, les monuments érigés, les best-sellers. L’artisanat contre l’usine. Toujours un petit producteur qui met sur le cul pas vrai ? All fired up est une bonne adresse, hautement recommandable pour les amateurs de saveurs authentiques. La cuisine est simple : 40% de Led Zep (genre « Rock’n’roll » et « Black dog »), 40% de Chuck Berry (et autres ténors du genre), 10% de rock US (pour quelques refrains et quelques riffs) et 10% de rock UK (ça sent un peu les Kinks ou c’est moi ?). La basse pulse comme un cœur qui bat, la guitare mordante ne lâche jamais prise. Et le chanteur, Dave King, « plantien » en diable, inspiré, puissant, éblouit, que ce soit sur les titres chauffés au rouge (« All fired up », « Steal the show »…) ou les chansons plus calmes (« The stranger », « If you could see » à chialer). Et oui madame, ici, même les ballades sont réussies, évitant la guimauve et toute chose gluante. Avec Motörhead, Eddie partait en vrille, concourant pour le prix du groupe le plus bordélique du monde sans se soucier du reste. Mais avec Fastway il synthétise, contrôle et use de sa science pour pondre un de ces disques impeccables, maître étalon pour qui voudrait se lancer dans le rock post-zeppelin et sans compromission électronique. Du riff, de la sueur… et tout s’embrase.

PS : si All fired up est le plus réussi, le premier album du groupe (sans titre) ou le troisième, Trick or treat sont également très recommandables. Par la suite Fastway, attiré par le strass, a viré FM. Attention donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *